Source ID:; App Source:

Obama se donne deux ans pour réglementer les émissions de CO2

Le président Obama s'était engagé en 2009 à... (PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS)

Agrandir

Le président Obama s'était engagé en 2009 à réduire les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis de 17 % au-dessous de leur niveau de 2005 d'ici 2020.

PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS

Jean-Louis SANTINI
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Barack Obama va proposer mardi un vaste plan de lutte contre le réchauffement climatique prévoyant notamment de réglementer les émissions de CO2 des centrales électriques au charbon, principale source de pollution carbonique, selon de hauts responsables de la Maison-Blanche.

Le président «va demander à l'Agence de protection de l'environnement (EPA) de travailler étroitement avec les États, l'industrie et les autres parties prenantes pour établir des normes de pollution au gaz carbonique pour les centrales au charbon existantes et les nouvelles centrales», a déclaré un de ces responsables sous  couvert d'anonymat.

Pour ce faire, M Obama, qui avait lui-même annoncé samedi ce discours sur le climat, va «signer un mémorandum fixant un calendrier pour que l'EPA accomplisse les étapes majeures dans cet effort durant son second mandat», a-t-il poursuivi.

«Nous savons que nous devons avancer rapidement pas seulement pour proposer des normes (d'émissions de CO2, NDLR), mais aussi pour les finaliser», a indiqué un autre responsable de l'Administration.

«Le mémorandum présidentiel va ordonner à l'EPA d'avoir une proposition de normes de pollution carbonique des centrales électriques d'ici juin 2014 qui devront être finalisées un an plus tard», a-t-il précisé.

«Ce dialogue entre l'EPA et les différents acteurs permettra au final d'élaborer des règles fondées sur le bon sens qui auront le soutien de l'industrie et permettront une transition (...) vers une économie basée sur de l'énergie propre», selon ce responsable.

Les États-Unis comptent 1142 centrales au charbon et 3967 centrales au gaz naturel - nettement moins polluantes - qui au total produisent 68 % de l'électricité américaine contre 19 % pour le nucléaire et 6,7 % pour l'hydroélectricité.

M. Obama s'était engagé en 2009 à réduire les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis de 17 % au-dessous de leur niveau de 2005 d'ici 2020. Le Congrès avait rejeté en 2009 un ambitieux projet de loi sur l'énergie et le climat visant à atteindre cet objectif.

Préparer l'Amérique à l'impact du changement climatique

Mais depuis sa réélection en novembre 2012, M. Obama a réaffirmé à plusieurs reprises sa ferme intention de reprendre l'initiative sur le climat, «une obligation morale à l'égard de nos enfants».

En février, lors de son discours sur l'état de l'Union, il avait appelé le Congrès à agir, avertissant qu'en l'absence d'avancées, il procéderait par décrets utilisant la loi sur la pureté de l'air (Clean Air Act) pour réglementer les émissions carboniques.

Mardi, M. Obama proposera aussi huit milliards de dollars de garantie de prêts pour encourager des investissements dans des technologies innovantes dans les énergies fossiles et l'efficacité énergétique.

Il doit demander que suffisamment de permis soient accordés pour des projets d'énergie renouvelable, solaire et éolienne, sur des terres fédérales pour produire assez d'électricité pour plus de six millions d'habitations d'ici 2020.

Sur le front international, le président va proposer de cesser d'utiliser les fonds fédéraux américains pour financer de nouvelles centrales électriques au charbon dans les pays en développement sauf quand il n'existe pas d'alternatives pour les plus pauvres.

Il lancera aussi un appel à la création d'un accord de libre-échange des biens et services environnementaux.

Enfin, M. Obama entend «préparer l'Amérique à l'impact du changement climatique déjà ressenti aux États-Unis et dans le monde» et annoncera mardi des initiatives en ce sens, selon ces hauts responsables de la Maison-Blanche.

Citant l'impact dévastateur de l'ouragan Sandy en 2012, le président proposera des mesures pour renforcer les protections des populations et maintenir la production agricole malgré les sécheresses et vagues de chaleur.

Pour Elliot Diringer de l'ONG Center for Climate and Energy Solution ce projet sur le climat «est très étendu, mais est maigre en détails sur des sujets essentiels comme celui des émissions des centrales au charbon».

«Ce sera très difficile de négocier de nouvelles normes limitant les émissions des centrales existantes...», car cela aura un coût, dit-il à l'AFP.

«Cette proposition de M. Obama est aussi la reconnaissance que le changement climatique est bien réel», ajoute cet expert.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer