Source ID:; App Source:

La Guadeloupe menacée par un tsunami 

L'effondrement d'un volcan sur l'île de la Dominique dans les Caraïbes... (Photo: archives La Presse)

Agrandir

Photo: archives La Presse

Agence France-Presse
Paris

L'effondrement d'un volcan sur l'île de la Dominique dans les Caraïbes provoquerait un tsunami qui atteindrait en quelques minutes les côtes densément peuplées de la Guadeloupe située à proximité, selon une étude publiée mardi.

«La question n'est pas de savoir 'si' ce glissement de terrain et ce tsunami vont se produire mais 'quand'«, écrit Richard Teeuw, géologue de l'université britannique de Portsmouth, auteur principal de cette étude.

«Le déclic sera probablement un tremblement de terre majeur, intervenant après les pluies diluviennes et l'érosion dues à la saison des ouragans. Cela pourrait se produire dans une centaine d'années ou ça pourrait arriver la semaine prochaine», poursuit-il dans cette étude publiée dans la lettre d'information de l'American Geophysical Union.

Un morceau de rocher d'un million de tonnes pourrait se détacher de ce volcan, le Pic du diable, basculer dans l'océan et provoquer un tsunami avec des vagues de trois mètres, selon les calculs des géologues.

Ce glissement de terrain affaiblirait un autre amoncellement de roches, de quelque trois millions de tonnes, provoquant des vagues encore plus importantes, jusqu'à cinq mètres.

Un tel événement causerait d'importants dégâts et ferait également des victimes, selon cette étude.

Les 30.000 habitants et touristes se trouvant sur la côte de la Guadeloupe, à une cinquantaine de kms au nord de la Dominique, n'auraient pratiquement pas le temps d'aller se réfugier sur les hauteurs, estiment les auteurs.

Beaucoup de plages de la Guadeloupe sont «larges avec de faibles inclinaisons» dans la mer, une situation qui les rend particulièrement vulnérables aux tsunamis, souligne Richard Teeuw.

«Cette partie du monde est bien préparée aux risques dus aux ouragans mais est relativement démunie face à l'impact rapide d'un tsunami», ajoute-t-il.

Certains endroits ne sont même pas protégés par des récifs de coraux susceptibles d'absorber une partie de l'énergie des vagues d'un tsunami.

La formation de rochers du pic du diable est instable depuis un premier effondrement survenu il y a plusieurs milliers d'années, d'autant que l'érosion a rongé les falaises sous le volcan.

Les géologues ont interprété cette situation en étudiant des images en trois dimensions de Google Earth faisant clairement apparaître des failles dans le rocher.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer