Source ID:4163ec01-1187-4bc1-8465-5a96d7110888; App Source:alfamedia

David Suzuki appelle la ministre McKenna à démissionner

L'écologiste David Suzuki, qui a profité de son... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

L'écologiste David Suzuki, qui a profité de son passage à Montréal pour regarder le débat des chefs en anglais, regrette que les politiciens québécois ne se préoccupent pas davantage des enjeux environnementaux.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La ministre de l'Environnement du Canada devrait démissionner tant les actions environnementales de son gouvernement sont faibles, a déclaré hier dans un entretien avec La Presse le célèbre militant écologiste David Suzuki, qui était de passage à Montréal. Compte rendu.

Si elle pense réellement ce qu'elle dit, Catherine McKenna devrait démissionner «au lieu de faire l'apologie du gouvernement», affirme David Suzuki.

«Elle doit arrêter de rationaliser ce que fait le Canada», dont le gouvernement «parle des deux côtés de la bouche en même temps», s'enflamme-t-il.

«On a un premier ministre qui a signé [l'accord de Paris sur le climat], qui a dit : "Nous sommes de retour", et nous l'avons tous louangé [...], puis il approuve des oléoducs! Qu'est-ce que c'est que ça?»

David Suzuki tourne par ailleurs en ridicule l'idée voulant que l'exploitation des sables bitumineux permette au Canada d'avoir une économie forte pour réaliser une transition énergétique.

La vérité, dit-il, c'est que «nous ne sommes pas sérieusement engagés à respecter l'accord de Paris» et que les libéraux ont trompé les Canadiens sur leurs intentions réelles en matière d'environnement.

Devant ce constat, David Suzuki estime que Catherine McKenna devrait s'inspirer de Nicolas Hulot, qui a provoqué la surprise en démissionnant de son poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, en France, à la fin du mois d'août.

«Il devrait y avoir plein de démissions de ministres de l'Environnement un peu partout», s'exclame David Suzuki, qui croit que Nicolas Hulot sera désormais «encore plus efficace» maintenant qu'il a démissionné, car «il sait ce qu'il dit quand il parle de ce qui se passe au gouvernement».

La «nouvelle anormalité»

L'écologiste, qui a profité de son passage à Montréal pour regarder le débat des chefs en anglais, présenté lundi soir, regrette que les politiciens québécois ne se préoccupent pas davantage des enjeux environnementaux.

Les canicules et les incendies de forêt qui ont marqué l'été, tout comme l'ouragan dévastateur Florence, devraient susciter la discussion, croit-il.

Ces événements sont souvent présentés comme la nouvelle réalité, à l'ère du réchauffement climatique, mais «je n'accepte pas ça!», s'exclame David Suzuki, qui parle plutôt d'une «nouvelle anormalité».

«Nous en sommes juste à une augmentation [de la température du globe] de 1 °C, mais on parle d'une augmentation de 3 à 4 °C d'ici la fin du siècle, rappelle-t-il. Ce sera une catastrophe.»

Remise d'un prix

David Suzuki était de passage à Montréal pour remettre un prix de sa fondation au programme Cultiver l'espoir du Regroupement Partage, doublé d'une bourse de 4000 $ du Mouvement Desjardins.

Cette initiative de lutte contre l'insécurité alimentaire est unique en Amérique du Nord : l'organisation distribue des légumes biologiques à plus de 60 000 familles montréalaises dans le besoin.

Ces légumes sont cultivés sur l'une des dernières terres agricoles de l'île de Montréal, qui appartient à la Ville, à Senneville, notamment par des jeunes en difficulté qui tentent de réintégrer le marché de l'emploi.

L'organisme vend aussi une partie de sa production dans les supermarchés afin de s'autofinancer.

«Je suis très fier d'être ici», a déclaré David Suzuki, décrivant le programme Cultiver l'espoir comme un «exemple de ce qui peut être fait» en matière d'économie circulaire et de production locale, de même que de réinsertion sociale.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer