Alors que seuls trois concurrents sont encore dans l'hémisphère nord dont le Canadien Derek Hatfield, les skippers de tête du Vendée Globe ont vécu une dure nuit dans une mer démontée qui les a forcés à lever le pied. Pas de changement au classement avec Loïck Peyron devant alors que les marins, qu'ils le veuillent ou non, auront à jouer des cartes très risquées d'ici la fin du week-end.

Éric Lessard, Collaboration Spéciale CYBERPRESSE

Virage à l'est prévu, mais quand ?C'est un Loïck Peyron, premier avec 18 milles d'avance sur Sébastien Josse (BT), qui admettait avoir dû baisser sa vitesse pour préserver sa monture, qui s'est entretenu par radio satellite ce matin avec le QG course à Paris. Il expliquait avoir passé la nuit à faire des tremplins avec son bateau et racontait avoir trouvé les 48 dernières heures particulièrement pénibles pour lui-même et sa monture avec des sauts qui faisait vibrer Gitana 80 de partout.

La mer plus calme de ce matin lui donnait enfin l'occasion de prendre un premier petit-déjeuner agréable (oeufs et bacon au menu) depuis deux jours et il planifiait poursuivre la lecture de Millénium tome III puisque la météo ne permet toujours pas de prendre un cap différent que celui plein sud, conséquence de l'anticyclone de Sainte-Hélène qui forme toujours une barrière pour aller à l'est vers le continent africain.

Sébastien Josse (BT), tout juste derrière, expliquait lui aussi avoir vu son bateau souffrir de jouer à saute-mouton et tente de jouer une carte légèrement décalée vers l'est en se gardant bien d'expliquer pourquoi, stratégie oblige.

Cela dit, le blocage créé par l'anticyclone fait piaffer d'impatience les premiers qui tôt ou tard, si les choses ne changent pas, auront à prendre la chance de tourner à gauche et de s'enfoncer dans cette zone de haute pression tout en priant les saints d'en ressortir sans trop de dommages.

Situation plutôt rare dans un tour du monde, les premiers qui normalement ont toujours les premiers choix météo sont vraiment englués dans le phénomène météo actuel et il semble très probable de voir le groupe de chasse capitaliser de cette exception à l'approche du week-end.

Marc Guillemot (Safran), présentement 10e avec 193 milles de retard sur Peyron, s'avouait très confiant de pouvoir aller rejoindre le groupe des meneurs.

Il entrevoit, pour lui et son groupe de pourchassants situés à proximité les uns des autres, de saisir une ouverture nord-est prévue dans l'anticyclone, derrière les leaders, qui leur permettra vraisemblablement de virer à gauche beaucoup plus tôt et rejoindre le paquet devant. Il confiait avoir cravaché très dur dans ces conditions de mers difficiles et avoir ressenti des pincements au coeur à voir Safran sauter les vagues de tout son poids (9000 kg) dans un bruit totalement infernal.

Fait important à noter, Guillemot était voilà six jours à plus de 300 milles de retard et est présentement le skipper le plus rapide de la flotte.

 

Jérémie Beyou forcé à l'abandon

Joint ce matin dans le port de Recife au Brésil, le skipper de Delta Dore qui avait vu deux barres de flèche casser plus tôt cette semaine s'est vu forcer de rompre le plomb de son moteur afin de se mettre à quai.

Les discussions avec son équipe technique en France et l'analyse des photos envoyées ont en effet confirmé que la réparation n'est pas possible puisqu'il n'est pas en mesure d'usiner des pièces en titane seul sur le bateau.

Canadien en manque d'énergie

Seul Canadien en course, Derek Hatfield (Spirit of Canada) vivra un tour du monde avec un handicap majeur. En effet, le Canadien, 24e présentement à plus de 1 500 milles nautiques derrière le meneur, vit un problème d'énergie sur Spirit of Canada.

Lors du départ, l'éolienne servant à fournir l'électricité aux instruments et au pilote automatique s'est brisée et il a fait une réparation de fortune l'a rendant beaucoup moins efficace. Pour ajouter au problème, il semble qu'une des 5 batteries à bord ait rendu l'âme ce qui résulte en une accumulation moindre d'énergie et augmente la consommation de diésel nécessaire au fonctionnement de sa génératrice.

Seule solution possible; barrer à la main comme dans le bon vieux temps, entre 3 et 5 heures par jour afin d'économiser le plus d'énergie possible. Dans les conditions actuelles (il est à l'équateur tout juste sorti du Pot au noir) ça passe toujours, mais dans les mauvaises conditions avec 50 noeuds de vent et des creux de vagues de 10 mètres dans le Pacifique Sud, barrer sur le pont ne sera pas facile pour ne pas dire franchement périlleux. Il est courageux notre Derek national.

Le train de bateau poursuit son aventure, la tension monte et bien malin celui qui peut prédire l'avenir des 3 ou 4 prochains jours.

Un marin tôt où tard décidera de tourner et de tenter sa chance vers le cap de Bon Espérance, et ceci fort probablement durant le black-out des positions (impossible pour les skippers d'avoir la position des autres entre 20h et 5h, heure de Paris) afin de jouer de ruse.

Qui sera-t-il ? Un suspense jamais rencontré dans cette épreuve depuis sa création.

Les positions + retard sur le 1er (milles nautiques)

1- Loïc Peyron-FRA (Gitana Eighty)

2- Sébastien Josse -FRA (BT), 18.3

3- Jean-Pierre Dick-FRA (Paprec-Virbac), 40.0

4- Armel Le Cléac'h-FRA (Brit Air), 44.0

5- Vincent Riou-FRA (PRB), 56.9

6- Mike Golding-GB (Ecover), 68.3

7- Yann Eliès-FRA (Generali), 68.9

8- Roland Jourdain-FRA (Veolia Environnement), 77.2

9- Jean Le Cam-FRA (VM Matériaux), 81.2

10- Marc Guillemot-FRA (Safran), 196.3

11- Dominique Wavre-SUI (Temenos), 253.0

12- Brian Thompson-GB (Team Pindar), 253.7

13- Samantha Davies-GB (Roxy), 320.5

14- Michel Desjoyeaux-FRA (Foncia), 396.0

15- Dee Caffari-GB (Aviva), 527.6

16- Arnaud Boissières-FR (Akena Verandas), 592.1

17- Steve White-GB (Toe in Water), 775.9

18- Una Basurko-ESP (Pakea Bizkaia), 851.3

19- Jonny Malbon-GB (Artemis), 856.9

20- Rich Wilson-USA (Great American), 922.3

21- Raphaël Dinelli-FRA (Océan Vital), 955.3

22- Bernard Stamm-SUI (Cheminée Poujoulat), 1056.8

23- Norbert Sedlacek-AUT (Nauticsport), 1288.7

24- Derek Hatfield-CAN (Spirit of Canada), 1509.1

25- Jean-Baptiste Dejeantly-FRA (Maisonneuve), 1570.2

19- Jérémie Beyou-FRA (Delta Dore), Abandon

27- Alex Thompson-GB (Hugo Boss), Idem

28- Kito de Pavent-FRA (Groupe Bel), idem

29- Marc Thiercelin-FRA (DCNS), idem

30- Yannick Bestaven-FRA (Aquarelle.com), idem