Source ID:; App Source:

Jusqu'à six mois pour fabriquer un vaccin

Louise Lemieux
Le Soleil

Fabriquer un vaccin efficace contre la grippe porcine prendra entre quatre et six mois... une fois qu'on saura quoi mettre dans le vaccin, selon le Dr Horacio Arruda, directeur de la protection de la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux.

«C'est l'OMS (Organisation mondiale de la santé) qui nous indiquera lequel fabriquer. Fabriquer un vaccin antigrippal efficace pour toute la population prendra entre quatre et six mois. C'est pour ça qu'en attendant, il faudra prendre des mesures d'hygiène comme l'étiquette respiratoire [tousser dans le coude], le lavage des mains, l'isolement des malades, le port de masques et les antiviraux pour traiter les complications», dit le Dr Arruda.

 

C'est la pharmaceutique GSK de Québec qui a le contrat pour la fabrication du vaccin.

Depuis 1990, le Dr Arruda prépare le Québec en prévision d'une prévisible pandémie de grippe. Sont stockés 13 millions de doses d'antiviraux (Tamiflu et Relenza), efficaces pour traiter les complications de la grippe, dont celles de la grippe porcine qui sévit actuellement.

En attente de réponses

«On sait qu'il y aura un jour une pandémie d'influenza. On ignore si la maladie sera sévère ou non. On ne sait pas encore si nous sommes en ce moment au début de cette pandémie appréhendée. Il faut un tableau clinique plus clair», selon le Dr Arruda.

On ignore par exemple si les Mexicains atteints par la grippe porcine ont été en contact avec des porcs ou s'ils ont été contaminés par des humains. Les décès sont-ils survenus rapidement? Comment expliquer que les victimes de la grippe porcine au Canada et aux États-Unis soient moins malades que les Mexicains?

Les autorités de santé publique du monde entier sont sur un pied d'alerte. Mais il n'y a pas de panique encore, assure le Dr Horatio Arruda. «Parce qu'on ne sait pas trop ce qui se passe au Mexique. Mais nous sommes préoccupés et vigilants.»

Ces jours-ci, le Dr Arruda et ses collègues de la santé publique sont en contact constant avec leurs homologues fédéraux. L'Agence de la santé publique du Canada l'est avec l'OMS et les CDC (Centers for Disease Control) américains.

Note: On parle de pandémie lorsqu'une nouvelle souche d'un virus se transmet d'humain à humain, partout dans le monde. (Le Dr Horacio Arruda)

llemieux@lesoleil.com

 




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer