La vaccination sans rendez-vous reprendra dès jeudi au Palais des congrès, annonce le CIUSSS Centre-Sud de Montréal. Cette fois, l’opération se fera avec des doses de Pfizer et de Moderna, et visera plus spécifiquement les jeunes.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Chaque jour, quelques centaines de places sans rendez-vous seront disponibles pour les groupes prioritaires », a en effet indiqué l’organisation en milieu d’après-midi, en précisant que « dans le cadre de cette opération, nous administrerons Pfizer et Moderna ».

« Notre but avec cette nouvelle opération sans rendez-vous, c’est surtout d’aller vers les jeunes, affirme toutefois la porte-parole du CIUSSS Centre-Sud, Annie Dufour. On veut leur donner plus de flexibilité, plus de spontanéité. À partir de vendredi, on sait que les 18 ans et plus entreront dans l’équation. Ça fait aussi partie de notre calcul. »

Mme Dufour rappelle qu’un « invité surprise » sera présent jeudi matin, entre 9 h et 10 h, afin de procéder au lancement de la campagne. « Il viendra saluer les jeunes et moins jeunes venus se faire vacciner et en profitera pour remercier les équipes de vaccination en place qui s’activent depuis plusieurs mois déjà », indique le CIUSSS dans un bref communiqué.

La Santé publique estime que plusieurs jeunes Québécois devraient être « fortement intéressés par la formule du sans rendez-vous ». Situé en plein centre-ville, le Palais des congrès de Montréal dispose d’une capacité d’accueil maximale quotidienne d’environ 3500 places.

Le tout survient alors que Montréal demeure l’une des régions au Québec où le taux de vaccination est le moins élevé dans la province, et ce, malgré le nombre élevé de doses administrées sur l’île.

Environ 36 % de la population de la métropole a reçu au moins une première dose, contre 44 % dans l’ensemble de la province, ce qui s’explique notamment par le fait que plusieurs doses données à Montréal étaient pour des résidants des couronnes nord et sud. À l’interne, le mot d’ordre est simple : « plus on vaccine, plus ce retard sera comblé rapidement ».

Malgré tout, la priorité reste de donner la première dose, rappellent les autorités. Ceux et celles qui voudraient se présenter au Palais des congrès pour recevoir leur deuxième dose plus tôt que prévu se buteront à une fin de non-recevoir, indique-t-on. Un système informatique est d’ailleurs en place pour prévenir toute forme d’abus ou d’escroquerie.

Reprise après l’interruption

Fin avril, la Santé publique avait annoncé la fin de la campagne de vaccination sans rendez-vous à Montréal, avec le vaccin d’AstraZeneca. Les cinq CIUSSS s’étaient dit victimes d’un succès « foudroyant » depuis l’ouverture aux personnes de 45 ans et plus, qui venait d’être faite à l’époque.

Rappelons que depuis mardi soir, tous les Québécois de 25 ans font partie des groupes prioritaires, et sont par ailleurs autorisés à prendre leur rendez-vous pour se faire vacciner contre la COVID-19.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’est d’ailleurs réjoui de la progression de la campagne au Québec. « La semaine des jeunes démarre excessivement bien alors que 50 % des 30-34 ans de partout au Québec ont déjà pris leur rdv pour aller se faire vacciner », a-t-il dit sur les réseaux sociaux.

Plus tôt cette semaine, le ministre s’était tourné vers les réseaux sociaux pour interpeller les jeunes adultes et leur demander de se faire vacciner contre le coronavirus. « La dernière année a dû être très difficile pour vous. Vous avez fait des sacrifices remarquables pour protéger les personnes plus vulnérables de la société, et le système hospitalier qui les soigne. […] On approche de la ligne d’arrivée et vous avez maintenant un rôle crucial à jouer », a soulevé M. Dubé.