(Québec) Le gouvernement Legault fait passer Laval et l'Outaouais en zone orange, le palier d’« alerte modérée ». Le Centre-du-Québec se retrouve en « pré-alerte », basculant du vert au jaune.

Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’annonce mardi, en compagnie du directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda.

La décision s’explique par des « variations rapides » de la contagion dans les régions visées. « Ce n’est pas uniquement le nombre de cas qui justifie de faire des changements, mais aussi le nombre d’éclosions », a signalé le ministre Dubé.

C'est le deuxième changement au code de couleurs en 48 heures. Dimanche, trois régions ont basculé en zone orange : Montréal, la Capitale-Nationale (à l’exception de Portneuf et de Charlevoix) et Chaudière-Appalaches.

Dans les zones orange, les rassemblements dans les résidences privées sont limités à six personnes au lieu de 10 ou à un maximum de deux familles. Dans les bars et les restaurants, il doit y avoir un maximum de six personnes par table. La vente d’alcool est interdite après 23 h dans tous les établissements, et les bars doivent fermer à minuit. Les rassemblements dans les lieux publics sont limités à 25 personnes, mais il y a une exception pour les salles de spectacles, les cinémas et les théâtres où le maximum est de 250.

Selon Christian Dubé, « notre système de santé est vraiment mis à mal par cette contagion communautaire » en cours avec cette deuxième vague de la pandémie, différente de la première. À Québec, peu touchée lors de la première vague, des chirurgies ont commencé à être délestées pour être capable de prendre en charge des personnes atteintes de la COVID-19, a-t-il dit à titre d'exemple.

Le ministre a également lancé un appel pour trouver des travailleurs afin de contribuer au dépistage et au traçage. Il invite une série de professionnels retraités à s’inscrire au site web « Je contribue » afin de réaliser des tests de dépistage : audiologistes, dentistes, diététistes-nutritionnistes, hygiénistes dentaires, orthophonistes, physiothérapeutes, infirmières auxiliaires, technologistes médicaux et sages-femmes. Pour le traçage, les personnes ayant une expérience dans les enquêtes sont invitées à se porter volontaires.

Propos inappropriés

Par ailleurs, le ministre de la Santé a qualifié « d'inappropriés » les propos du Dr Lawrence Rosenberg, qui est à la tête du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui a affirmé en entrevue à CTV que le coronavirus est « probablement pas vraiment plus dangereux que la grippe saisonnière ».

« Je pense que ses propos sont inappropriés », a lancé le ministre Dubé, rappelant que la première vague de la pandémie a fait plus de 5000 morts au Québec. Il a aussi indiqué « qu'on va avoir une discussion » avec Dr Rosenberg.

Accusé par l’opposition de semer la confusion avec ses règles et son code de couleurs, le gouvernement n’a pas aidé sa cause au cours de la conférence de presse. Le Dr Arruda a laissé entendre que les policiers allaient bientôt avoir l’autorisation d’entrer dans les maisons sans mandat pour s’assurer que les consignes sanitaires sont respectées. Il s’est rétracté par la suite en disant qu’il est plutôt question de leur permettre de distribuer des constats portatifs, donc de donner sur-le-champ des amendes à ceux qui organisent des partys et réunissent plus de personnes que le maximum prévu.