Une étude néo-zélandaise dévoilée cette semaine suggère qu’après avoir atteint des valeurs très élevées en comparaison d’autres régions du monde, le taux de contagion de l’épidémie de COVID-19 a fortement baissé au Québec. Le hic : aux dernières nouvelles, il se situerait toujours au-dessus de la valeur de 1, ce qui signifie que l’épidémie continue de se propager.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

L’étude néo-zélandaise a examiné 25 États pour voir comment évoluait le « nombre de reproduction » élémentaire, soit le nombre de gens qu’une personne infectée à la COVID-19 contamine. Cette variable est surveillée de près par les épidémiologistes parce qu’elle représente le nerf de la guerre contre l’épidémie. Si le chiffre devient inférieur à 1, chaque malade infecte en moyenne moins d’une personne et l’épidémie finit par s’essouffler.

La comparaison montre que le Québec se distingue sur la scène internationale, tant pour de bonnes raisons que pour de mauvaises. « Il s’agit assurément d’un cas particulier », dit à La Presse Shaun Hendy, l’un des auteurs de l’étude, professeur de physique à l’Université d’Auckland et directeur de Te Pūnaha Matatini, centre voué à l’étude des réseaux et des systèmes complexes.

Le taux d’infection naturel de chaque maladie est appelé « nombre de reproduction élémentaire », ou R0. Quand on agit sur ce facteur par des mesures de confinement, par exemple, on l’appelle « nombre de reproduction effectif », ou Reff.

Au début de l’épidémie, le Québec avait le nombre de reproduction effectif le plus élevé des 25 pays et provinces étudiés. Celui-ci atteignait 5,37, soit plus qu’en Italie (2,77), en Espagne (4,68) ou en Ontario (2,19). Seul l’État de New York présentait un chiffre comparable (5,35).

Les chercheurs ont comparé les différents États non pas aux mêmes dates, mais au même stade de l’épidémie. Au Québec, cela correspond à la période s’étendant du 19 au 28 mars. Selon les chiffres des chercheurs, cela veut donc dire que pendant cette période, chaque malade, au Québec, infectait plus de cinq personnes.

(Re)lisez notre article sur l'importance de faire baisser le nombre de reproduction

En point de presse, lundi, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, avait aussi évoqué un taux de contagion élevé au Québec.

« De nouvelles publications nous disent que le R0 n’était pas de 2 à 3,4, comme en Chine, disons, mais plutôt plus près de 5 à 6, comme aux États-Unis », avait-il dit.

Une baisse importante

L’analyse des chercheurs suggère toutefois que les mesures de confinement ont fortement réduit le nombre de reproduction effectif. Pendant la période s’étendant du 8 au 17 avril, celui-ci avait chuté à 1,1 au Québec. Cette réduction de 80 % est l’une des plus fortes dans les 25 États étudiés. Les chercheurs les attribuent aux mesures de confinement strictes instaurées au Québec.

« En général, les plus grandes réductions du Reff ont été atteintes dans des endroits (par exemple l’État de New York et le Québec, au Canada) qui ont imposé des niveaux d’alerte 3 et 4 pour plus de 25 jours », peut-on lire dans l’étude. Les niveaux d’alerte 3 et 4 correspondent aux mesures les plus strictes imposées par les différents pays.

Jacques Bélair, professeur au département de mathématiques et de statistique de l’Université de Montréal, estime toutefois qu’on aurait tort de trop se féliciter de cette diminution.

Je pense que cette baisse reflète surtout le fait qu’on partait de haut.

Jacques Bélair

Les nombres de reproduction effectifs ont été calculés par les chercheurs à partir de l’évolution du nombre de cas et du nombre de décès déclarés dans chaque État. Notons que comme plusieurs études concernant la COVID-19 dévoilées ces temps-ci, celle-ci n’a pas été révisée par les pairs. Les auteurs rappellent que les conclusions dépendent de la façon dont les cas et les décès sont signalés, qui peut différer selon les différents pays et provinces.

« Il faut faire attention aux comparaisons », prévient d’ailleurs Jacques Bélair.

CHSLD et relâche

Le très haut taux de contagion qui régnait au début de l’épidémie au Québec suggère que le feu de la COVID-19 y a pris plus rapidement qu’ailleurs.

« Il semble en effet que l’épidémie se soit propagée très rapidement chez vous. Je sais que le virus a gagné rapidement les résidences pour personnes âgées, ce qui peut certainement expliquer la valeur initiale élevée du Reff », dit l’auteur Shaun Hendy.

« Je pense que ça reflète surtout l’impact de la semaine de relâche », dit quant à lui Jacques Bélair, de l’Université de Montréal. Encore ici, le chercheur Shaun Hendy n’exclut pas un biais dans les chiffres.

« Il est possible que vous ayez documenté la propagation rapide mieux qu’ailleurs », dit-il.

Selon l’analyse, plusieurs États, dont l’Italie, l’Allemagne et même l’État de New York, ont ramené le nombre de reproduction effectif sous la barre du 1. Ce n’est pas le cas du Québec. « Cela suggère qu’il y a encore du travail à faire », commente Shaun Hendy.

Le professeur Jacques Bélair rappelle quant à lui que cette valeur est une moyenne provinciale et qu’elle reflète des situations très différentes selon les régions (le Grand Montréal contre le reste du Québec) et les milieux de vie (les CHSLD et les résidences pour personnes âgées contre la population en général).

Consultez l'étude néo-zélandaise (en anglais)