Ce que la Dre Nadine Larente a vu au CHSLD Herron

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

Vous connaissez l’histoire terrible du délabrement du CHSLD privé Herron, révélée par The Gazette le week-end dernier. Je veux vous raconter ce que la première employée du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal a découvert en arrivant au CHSLD.

C’était le 29 mars. La Dre Nadine Larente, directrice des services professionnels du CIUSSS, a reçu un appel qui l’a intriguée : « La médecin rattachée à ce CHSLD m’a dit qu’elle n’arrivait pas à parler à quelqu’un à Herron. Elle m’a dit : “On dirait qu’il n’y a personne…” »

Il y a pourtant 130 résidants qui habitent Herron. La Dre Larente n’a fait ni une ni deux : elle a sauté dans sa voiture et s’est rendue sur place.

Ce qu’elle a découvert à 16 h 30, ce dimanche-là, l’a renversée. 

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DU CIUSSS DE L’OUEST-DE-L’ÎLE-DE-MONTRÉAL

La Dre Nadine Larente, directrice des services professionnels du CIUSSS

Il y avait deux préposés aux bénéficiaires et une infirmière auxiliaire pour 130 résidants. Bien en deçà des ratios de jour, qui devraient être de 5 infirmières, de 22 préposés et de quelques infirmières auxiliaires…

La Dre Nadine Larente, directrice des services professionnels du CIUSSS

Le sous-effectif paraissait : les plateaux du repas du midi avaient été déposés sur le sol des chambres. Les assiettes étaient pour la plupart intouchées ; bien des résidants ont des problèmes de mobilité et ne peuvent pas se pencher pour ramasser un plateau. Et les couches des résidants n’avaient pas été changées de la journée…

La Dre Nadine Larente a rapidement pris conscience du chaos ambiant et de l’urgence de la situation : ces personnes devaient être soignées et nourries.

Elle avait besoin d’aide immédiatement, là, maintenant. Elle a fait un premier appel, s’est tournée vers… sa famille.

« Il fallait agir maintenant. J’ai appelé mes trois enfants et mon conjoint pour qu’ils viennent tout de suite m’aider à nourrir les résidants, c’était urgent… Je leur ai juste dit : “On a besoin d’aide, on ne peut pas laisser des personnes âgées comme ça, on a besoin d’aide pour les aider à manger.” »

J’appuie sur « pause », ici.

J’avais entendu au cours du week-end l’histoire hallucinante d’une employée du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal qui avait appelé sa famille en renfort pour aider à nourrir les résidants de Herron, le fameux soir du 29 mars. J’ai fait des appels, j’ai tenté de la retracer. Et, lundi soir, j’ai enfin pu parler à la Dre Larente, qui était ébranlée par cette saga. Elle a confirmé l’histoire.

« J’ai demandé à mes enfants de passer les cabarets aux résidants et d’aider à les nourrir.

— Vous avez combien d’enfants, Dre Larente ?

— Trois.

— Ils ont quel âge ?

— Ils ont 13, 15 et 17 ans. Ils sont venus avec mon conjoint. »

C’est donc la famille de la Dre Nadine Larente, ce dimanche-là, qui a nourri les résidants de deux des trois étages du CHSLD Herron, à Dorval.

Avant l’arrivée de sa famille, la Dre Larente a bien sûr fait un autre appel, au CIUSSS, pour sonner l’alerte. Deux directrices sont arrivées, puis une infirmière volontaire de l’Hôpital Douglas.

Nadine Larente, qui est passée du côté gestion depuis quelques années — elle est gériatre —, est rapidement passée à la médecine, faisant le tour des chambres pour ausculter des résidants. 

« L’infirmière de Douglas est arrivée, elle m’a aidée. On est passées en mode soins. »

Elles ont aussi changé des couches.

Une préposée envoyée par le CIUSSS est arrivée pour prêter main-forte.

« Aviez-vous déjà vu une situation semblable ?

— Non, jamais. »

Au bout du fil, Nadine Larente m’explique qu’en ces temps de pandémie, la pénurie de personnel habituelle dans les CHSLD s’est aggravée. « J’ai fait le tour de nombreux CHSLD, et la situation est difficile. Mais les besoins de base étaient remplis : les gens étaient nourris, lavés, couchés, recevaient leurs médicaments, leurs couches étaient changées. Mais à Herron, ce soir-là, les besoins de base n’étaient pas comblés… »

La Dre Larente a constaté qu’au moins un résidant affichait des symptômes d’infection à la COVID-19. En parlant avec des employés du CHSLD Herron, elle a compris que l’essentiel du personnel avait déserté les lieux le vendredi et le samedi, à cause de la présence du coronavirus.

La Dre Larente a eu des contacts avec Samantha Chowieri, la propriétaire, qui était sur place à son arrivée. Mais elle s’est rapidement consacrée aux soins ; ce sont d’autres employés du CIUSSS qui ont composé avec Mme Chowieri. La Dre Larente note quand même que le système de médicaments à donner aux résidants était difficile à comprendre, ce qui a compliqué les choses, ce soir-là.

On sait maintenant que, depuis un mois, une trentaine de résidants du CHSLD Herron sont morts, bien plus que les quatre qui, d’ordinaire, y meurent chaque mois. L’histoire a ému le Québec et mis en relief la vulnérabilité des CHSLD aux éclosions de coronavirus.

Il y a des enquêtes sur ce qui a pu déraper à ce point au CHSLD Herron — propriété du Groupe Katasa, de Gatineau —, il y en a trois : une enquête de la Santé publique, du coroner et de la police de Montréal.

Mais en entrevue, la Dre Larente ne voulait pas s’étendre là-dessus : si elle acceptait de me parler, c’était pour dire à quel point ce soir-là, le 29 mars, des personnes se sont unies pour aider les personnes âgées de Herron.

Et la Dre Larente m’a confirmé une autre info que j’avais entendue pendant le week-end : oui, une personne dépêchée par le CIUSSS le 29 mars a contracté la COVID-19.

« Et vos enfants ?

— Non, ils sont O.K. Mon conjoint aussi. Je m’en serais tellement voulu… »

Le conjoint de la Dre Larente est reparti avec les deux plus jeunes vers 21 h. La fille aînée est restée. « Elle a aidé des résidants à manger, elle a écouté ceux qui avaient besoin de parler… »

Nadine Larente et sa fille sont parties vers 1 h du matin.

Je demande à Nadine Larente quel était son état d’esprit quand, dans la nuit de dimanche à lundi, après ces heures frénétiques au CHSLD Herron, elle est revenue chez elle.

La réponse tient en un mot : « Bouleversée. »

Elle termine en me faisant une demande : rappeler que le site JeContribue recrute des Québécois qui voudraient aider les personnes âgées. « Nous avons besoin d’aide. »

> Consultez le site JeContribue

***

Il y aura des enquêtes sur ce qui s’est passé au CHSLD Herron, comme il y en aura sur ce qui s’est passé dans le réseau québécois de la santé et des services sociaux pendant la pandémie de 2020.

On se concentrera bien sûr sur ce qui aura déraillé, pour éviter que ça ne déraille encore.

Mais il faudra se souvenir, aussi, de l’héroïsme de certaines personnes.

Et, des fois — l’histoire de la Dre Larente en est un exemple extraordinaire —, de celui de leurs familles.

Et les familles des résidants ?

Vous avez été nombreux à m’écrire pour me demander, dimanche, mais où diable étaient les familles des résidants du CHSLD privé Herron ? N’avaient-ils pas constaté le délabrement des lieux ?

Réponse : les visites en CHSLD sont interdites depuis le 14 mars.

Les familles des résidants du CHSLD Herron ne pouvaient donc pas savoir ce qui s’y passait.