Quand une enfant de la DPJ à Granby est morte, il y a un an, c’est tout le Québec qui a eu la nausée. L’onde de choc a décoiffé le politique, une commission d’enquête présidée par Régine Laurent a été rapidement mise sur pied.

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

Ça va prendre combien de morts de personnes âgées dans le triste archipel des « ressources » pour qu’une vague d’indignation équivalente nous submerge ?

L’histoire du CHSLD Herron, à Dorval, c’est l’histoire d’horreur qui coiffe toutes les horreurs entendues sur la négligence en résidences pour vieux depuis une décennie.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

« L’histoire du CHSLD Herron, à Dorval, c’est l’histoire d’horreur qui coiffe toutes les horreurs entendues sur la négligence en résidences pour vieux depuis une décennie », écrit notre chroniqueur Patrick Lagacé.

> Lisez le texte « “Film d’horreur” dans un CHSLD »

On parle d’une trentaine de morts depuis un mois – un nombre anormalement élevé – dans un CHSLD privé déserté par des employés apeurés par la COVID, parce qu’ils n’avaient pas d’équipement adéquat…

Je cite Loredana Mule, la bénévole qui a été la première à sonner l’alarme, au micro d’Alyssia Rubertucci de Citytv sur les conditions de vie pitoyables au CHSLD Herron : « Il n’y avait pas de personnel […], le personnel n’entrait pas travailler à cause de la COVID. […] Je crois qu’ils [les résidants] étaient restés dans leur urine et leurs excréments pendant environ une journée. »

> Regardez la vidéo de Citytv (en anglais)

Un CHSLD privé, oui, vous avez bien lu : le loyer est au bas mot de 4000 $ par mois au CHSLD privé Herron, administré par l’entreprise Groupe Katasa.

On appelle ça un « CHSLD privé non conventionné » et ça existe à bonne distance de l’action de l’État. By the way, les « CHSLD privés non conventionnés » ont reçu 20 millions (20 000 000 $) d’aide de Québec récemment…

> Lisez l’article sur l’aide accordée aux CHSLD

Oui, oui, vous avez bien lu (bis) : Katasa facturait minimum 4000 $ pour « s’occuper » des vieux… Qui, à Dorval, ont été laissés dans leur pisse et dans leur marde, jusqu’à ce que l’État débarque.

Qui est derrière Groupe Katasa ? Il s’agit de Sam Chowieri et de ses filles Katherine, Tanya et Samantha.

> Lisez le texte sur le promoteur Sam Chowieri

***

C’est un cliché de journalisme de dire une « histoire d’horreur », mais ce qui s’est passé au CHSLD Herron, c’est ça : une histoire d’horreur. Des fois, les clichés sont fondés…

Je cite un extrait du papier de la Montreal Gazette publié vendredi soir, citant une source à l’intérieur du CHSLD Herron : « Il y a des patients qui n’avaient pas eu les soins de base pendant des jours, des couches qui n’avaient pas été changées depuis trois ou quatre jours, des excréments qui couvraient leur peau et des patients qui n’avaient pas été nourris… »

> Lisez le texte sur la Résidence Herron (en anglais)

C’est ce papier du journaliste Aaron Derfel qui a forcé François Legault à sortir de son week-end de congé et à venir parler aux Québécois, hier.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Lynne McVey, PDG du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal a constaté les horreurs au CHSLD Herron le 29 mars. Il a obtenu la tutelle le 8 avril. On a aussi appris que la police de Montréal avait ouvert une enquête criminelle. J’ai appris que la PDG Lynne McVey a appelé la police de Montréal au milieu de la nuit, samedi.

Groupe Katasa s’est fait tirer l’oreille pour donner les dossiers personnels – problèmes de santé, médication, numéro de téléphone des proches – aux employés de l’État qui sont débarqués en catastrophe.

Peut-être saura-t-on, via l’enquête de police, pourquoi le Groupe Katasa n’a pas fait preuve d’empressement pour aider l’équipe du CIUSSS à comprendre quels patients avaient besoin de quels médicaments.

C’est une question intéressante, il me semble.

***

Les résidants du CHSLD privé Herron ont été privés de soins, de protection et de dignité.

Mais avant d’aller jeter la pierre aux seuls entrepreneurs qui exploitent le bel âge, gardons-nous une petite gêne, de grâce : les CHSLD publics ont eux aussi un talent certain pour la négligence de nos vieux…

Et que tu baignes dans ta marde dans un CHSLD privé ou un CHSLD public, du point de vue de l’humain dans ladite couche, je suis certain d’une chose : ça sent la même chose.

Je répète la question du début de cette chronique : ça va prendre quoi pour qu’on s’émeuve vraiment du sort des vieux, dans ce Québec arc-en-ciel où ça-va-bien-aller ?

Ça fait des années, des années que des personnes âgées subissent de la négligence dans des CHSLD publics et privés et même dans de luxueuses résidences privées.

Et il se passe quoi, au final ?

Rien.

Le traitement des personnes âgées est assurément un angle mort du système. Voyez comment les foyers de vieux sont des foyers d’incendie de COVID. Les hôpitaux ont été transformés en forteresses pour faire face à la vague de malades…

Mais pas les endroits où habitent les personnes âgées.

Ce n’est pas particulier au Québec, remarquez. L’Italie vit la même hécatombe chez ses aînés en cette ère de pandémie. L’État de New York vit très exactement la même chose que le Québec, au moment où vous lisez ces lignes.

>Lisez le texte sur la situation aux États-unis

La vérité, c’est qu’on s’en fiche, des vieux. Collectivement, je veux dire. Ici et ailleurs. Pas juste en temps de pandémie. En temps de pandémie, ça fait juste exposer à quel point ce n’est pas prioritaire…

Y a de la vision comptable dans cette indifférence. Quand un État investit dans la petite enfance, dans les maternelles, dans les écoles, dans les universités, dans la recherche et le développement, on nous sort inévitablement des études qui nous disent que si on investit un dollar ici, on va en récolter vingt dans dix, vingt, trente ans…

Et c’est vrai.

Selon cette logique comptable, ça rapporte quoi d’investir dans nos vieux ?

Rien.

Je parle de la société en général, bien sûr, je ne parle pas de compagnies comme Katasa, pour qui c’est très payant.

Question, en terminant : à quand la commission d’enquête à la Régine Laurent qui va réinventer tout l’écosystème des soins aux gens âgés ?