Depuis deux semaines, l’usine d’équipement de hockey d’élite de CCM à Saint-Jean-sur-Richelieu planche sur un prototype de masque 10 fois plus performant que les fameux N95.

Yves Boisvert Yves Boisvert
La Presse

C’est une usine très particulière qui ne s’occupe que de l’équipement sur mesure de la crème des joueurs de hockey. On y a les empreintes de pieds de Sidney Crosby, Alex Ovechkin, John Tavares, Carey Price. On ajuste patins, chandails, culottes, bâtons au millimètre, au gramme près.

Comme toutes les usines non essentielles, elle était fermée par ordre du gouvernement.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le Dr René Caissie, chirurgien maxillo-facial, a développé en collaboration avec CCM une cagoule permettant de protéger le personnel médical des gouttelettes projetées dans l’air.

Mais à Montréal, pendant ce temps-là, le docteur René Caissie était devant un dilemme.

« Ou bien je me cachais dans mon sous-sol pour ne pas contaminer mon enfant, ou bien j’inventais une solution. Je ne pouvais pas ne pas aller aider mes chums à l’hôpital. »

C’est que son fils de 2 ans a des problèmes pulmonaires. Et lui est chirurgien maxillo-facial.

Ce qui veut dire des opérations dans la bouche. Des reconstructions de visage. Ce qui veut dire « driller dans la bouche des gens ».

Il n’y a probablement rien en médecine qui produise plus de gouttelettes dans l’air, donc rien qui vous expose davantage à tous les virus et bactéries des patients.

Les bronchoscopies, les intubations de patients en produisent beaucoup, et exposent les inhalothérapeutes en particulier. Mais le maxillo-facial, c’est d’un autre niveau.

« Moi, j’ai pas peur de l’attraper, mais je peux pas me permettre de le transmettre à mon fils. »

Les masques N95, dans ces circonstances, ce n’était pas suffisant.

Il s’est donc ramassé un beau samedi dans une quincaillerie de Montréal en quête d’une solution.

« Ça me prenait des matériaux qu’on a en quantité au Québec et qui ne coûtent pas trop cher. Pour qu’on produise quelque chose de québécois. »

Il faut dire que ce médecin acadien a été élevé dans une quincaillerie, à Rogersville, au Nouveau-Brunswick, et est particulièrement habile de ses mains. « Quand on reconstruit un visage après un accident, il y a des grands principes, mais à la fin, c’est du bricolage… »

Au bout de quelques heures dans les allées de la quincaillerie, il a trouvé ce qu’il cherchait. Il s’est enfermé dans son garage. Et, eurêka, un prototype à peu près satisfaisant était né.

OK, mais on fait quoi avec ça, maintenant ?

***

« Ma femme connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un chez CCM », me dit le médecin – qui lui-même est ami avec une connaissance à moi. (C’est aussi ça, le Québec…)

Les gens de CCM Haute performance l’ont reçu immédiatement à l’usine de Saint-Jean avec sa drôle de cagoule en polypropylène-polyuréthane.

« Alex Bissonnette, le directeur de l’usine, était là avec une équipe… Ils se sont mis à dessiner, ils ont fait des calculs, et 60 minutes plus tard un laser coupait des matériaux… J’en revenais pas ! », dit le médecin-bricoleur.

« Sidney Crosby non plus n’en revient pas quand il vient au labo », dit en riant l’ingénieur montréalais Jeff Dalzell, vice-président à la création des produits chez CCM.

Un jour, d’ailleurs, Crosby essayait des bâtons censés être identiques, mais prétendait que l’un était plus lourd que l’autre. Les experts ont voulu lui prouver qu’il avait tort. Mais après la pesée, l’un dépassait l’autre de 6 grammes… Sur un total d’environ 375 grammes…

« Il est capable de percevoir une différence minime, mais c’est son outil de travail, son scalpel. »

L’usine, où travaillent 60 personnes, compte des ingénieurs, des designers industriels, des couturiers pour le travail manuel et même un cordonnier.

PHOTO FOURNIE PAR CCM

Un prototype en cours de fabrication à l’usine de CCM

« On a l’habitude de travailler dans la précision, mais évidemment, on n’aurait jamais fait de produits médicaux. On écoute les besoins du DCaissie, c’est notre joueur d’élite… »

Si on est attentif, on remarquera que le masque s’ajuste par-derrière avec un cordon qui est celui des culottes de hockey…

***

Aussitôt les prototypes produits, on en a testé à l’hôpital du Sacré-Cœur, auquel est rattaché le DCaissie. Là comme ailleurs, on travaille fort à trouver des solutions pour la déficience et la pénurie anticipée de l’équipement médical.

Conclusion provisoire ?

« À part un habit de scaphandrier, je ne connais rien de mieux que cette cagoule, elle est extrêmement efficace », opine le Dr Pierre Marsolais, intensiviste et interniste.

D’autres tests ont été effectués à l’Institut de recherche en santé et sécurité du travail. 

Les résultats préliminaires montrent que la cagoule Caissie-CCM serait 10 fois plus efficace qu’un masque N95. 

L’organisme n’a pas l’autorité pour certifier le matériel médical et il reste donc d’autres étapes officielles à franchir. Mais c’est encourageant et, ces jours-ci, tout va très, très vite…

***

Quand un patient infecté tousse ou projette des gouttelettes dans l’air, des groupes de virus s’agglutinent sur les poussières en suspension. Ces poussières, présentes partout, sont « des autobus à virus », explique le médecin. On a réalisé dans la recherche que les virus sont plus fins encore qu’on ne l’avait cru d’abord, donc plus difficiles à contrer et plus contagieux. L’idée est donc de bloquer les autobus… pour qu’ils ne se rendent nulle part, ni sur la peau ni dans les cheveux du professionnel de la santé.

La beauté de la cagoule, pour ainsi dire, c’est qu’elle repousse l’air vers l’extérieur. On branche un tuyau d’air derrière le « capuchon de protection », de son vrai nom. L’air pulsé crée une pression qui empêche l’air ambiant de pénétrer. L’air est lui-même pris à l’extérieur de la pièce et filtré avant d’entrer dans le masque.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

L’air est pris à l’extérieur de la pièce et filtré avant d’entrer dans le masque.

Ça semble très compliqué, mais « ça m’a pris 12 minutes à installer dans ma clinique », dit l’inventeur.

Il a d’ailleurs utilisé le capuchon jeudi pour la première fois à cette clinique, pour soigner un abcès de dent de sagesse. « Tout le monde est COVID-suspect, en ce moment. »

Encore là, c’est une entreprise québécoise qui fabrique les filtres à air, Orkan. Cette entreprise fait d’ailleurs des affaires en Chine, notamment à… Wuhan, où elle a fourni les filtres à l’hôpital spécial construit d’urgence pour la COVID-19 en janvier.

En installant trois de ces systèmes dans l’hôpital pour commencer – aux urgences, dans une salle d’opération et dans une unité de soins intensifs –, on pourrait réduire de beaucoup les risques de contamination du personnel, croit le Dr Marsolais. Les endroits où ont lieu les intubations sont assez limités et on pourrait y concentrer les systèmes.

***

CCM croit être capable rapidement de fabriquer 150 capuchons par jour, une fois les autorisations des organismes obtenues. Là aussi, les processus sont accélérés.

Le produit sera vendu par CCM au prix coûtant – le capuchon lui-même coûte environ 10 $ à produire. On se demande s’ils ne seraient pas stérilisables, donc réutilisables.

Autre détail non négligeable : le design, les matériaux, la technique d’assemblage, tout sera fourni libre de droits (en « open source ») pour quiconque voudrait en produire dans le monde.

On fait pas ça pour l’argent, on se demande seulement comment aider. Et CCM n’a pas l’intention de rester dans ce domaine-là, on a très hâte que le hockey recommence !

Jeff Dalzell, vice-président à la création des produits chez CCM

Pour les athlètes d’élite, c’est parfois une question de grammes ou de millimètres qui fait la différence entre la victoire et la défaite. On ne peut jamais tourner les coins rond dans cette usine.

Mais en ce moment, sur cette chaîne de montage, on est conscient et pas peu fier de travailler pour des gens qui affrontent des ennemis qui se mesurent en microns et en fractions de micron.

Et pour qui gagner en ce moment est une urgente question de vie ou de mort.