La Société de transport de Montréal interdit désormais la distribution des journaux et autres imprimés par des personnes dans le métro de Montréal en raison des risques de propagation de la COVID-19. Les prestations de musiciens dans le métro sont aussi suspendues.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Malgré les recommandations de santé publique du gouvernement du Québec de « limiter les échanges de main à main » et de faire respecter une distance de deux mètres entre les personnes, Québecor continuait la semaine dernière de faire distribuer son journal gratuit 24 Heures par des camelots directement aux passants dans plusieurs stations du métro de Montréal. Québecor indiquait avoir demandé à son sous-traitant Gama Média de respecter la règle des deux mètres entre les personnes et d’imposer le port de gants aux camelots dans la distribution du 24 Heures.

Depuis lundi, la Société de transport de Montréal (STM) interdit la distribution par des personnes de « matériel imprimé gratuit (livre, journal, tract, feuillet, dépliant ou tout autre imprimé) ». Deux journaux gratuits sont distribués dans le métro de Montréal : le 24 Heures de Québecor et le Métro de Média Média. Le journal Métro avait cessé la distribution par camelots le 17 mars pour des raisons de santé publique. Les deux journaux gratuits restent disponibles dans les présentoirs de journaux des stations de métro.

Les prestations des musiciens et les collectes de fonds sont aussi interdites dans le métro jusqu’à nouvel ordre par la STM.

« La suspension de ces activités qui ne sont pas directement en lien avec la mission de la STM vise à favoriser le respect des consignes de distanciation physique et réduire les risques de propagation de la COVID-19 », indique la STM par voie de communiqué.