Source ID:a25654ba-7deb-4070-99bb-af1ec743e7bd; App Source:alfamedia

Olivier Gourmet: l'exercice de l'acteur

Le comédien belge Olivier Gourmet est invité d'honneur... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le comédien belge Olivier Gourmet est invité d'honneur du 24e festival Cinemania.

Photo Bernard Brault, La Presse

Invité d'honneur du 24e festival Cinemania, le comédien belge Olivier Gourmet a joué dans près de 100 films au cours des 20 dernières années. Jamais il n'a songé à passer de l'autre côté de la caméra. En entrevue à La Presse, il dit pourquoi.

S'il n'en tenait qu'à lui, Olivier Gourmet tournerait 365 jours par année.

«Avec quand même un jour de relâche de temps en temps, glisse-t-il, sourire aux lèvres. J'aime ce métier et j'ai envie d'y aller tous les jours. Ce qui me nourrit? Un seul mot: le plaisir. J'ai la chance de recevoir, de temps en temps, des scénarios qui m'interpellent et me touchent. Sans quoi je ne le ferais pas. Il faut avoir quelque chose à se mettre sous la dent.»

Ces scénarios qui lui plaisent, Olivier Gourmet les cueille davantage dans le cinéma indépendant, au sein d'oeuvres avec des caractères forts ou avec des histoires se démarquant par leur originalité et leur puissance d'évocation.

Et quand il aime, il ne regarde pas à quel rang est son nom dans le générique. Il ne minute pas combien de temps on le verra à l'écran.

C'est le cas, justement, avec L'échange des princesses de Marc Dugain, un des quatre films dans lesquels il joue et qu'il vient présenter au festival. Même s'il n'y donne que quelques répliques, il considère que cette histoire, inspirée d'un fait réel, valait la peine d'être portée au cinéma. «Un sujet à la fois profondément humain et terrible», dit-il.

Cette recherche de films porteurs, Olivier Gourmet l'applique à l'ensemble de la Francophonie. Une réalité qui a incité les organisateurs de Cinemania à lui proposer ce titre d'invité d'honneur.

«Notre porte-flambeau, c'est la défense du cinéma d'expression française. Et Olivier Gourmet est un très grand artisan de la Francophonie», explique Guilhem Caillard, directeur général de Cinemania.

«Il joue autant dans les films suisses, belges, québécois [Congorama de Philippe Falardeau qui lui a valu, en compagnie de Paul Ahmarani, le Jutra du meilleur acteur au gala de 2007] que français, poursuit-il. Dans cette optique, c'est le meilleur invité d'honneur auquel on pouvait penser.»

La croix et la bannière

Lauréat de plusieurs prix d'interprétation, dont celui du Festival de Cannes en 2002 pour Le fils des frères Jean-Pierre et Luc Dardenne, Olivier Gourmet a bien dit ci-haut recevoir «de temps en temps» des scénarios accrocheurs. Est-ce donc si complexe?

«Oui, répond-il. Les bonnes propositions sont de plus en plus difficiles à financer. C'est la croix et la bannière. Les chaînes télé ont pris le pouvoir, du moins en France, en matière de distribution et de financement du cinéma. Et elles cherchent des films plus commerciaux et grand public qui peuvent passer à 20 h. Alors, le cinéma indépendant a plus de mal à se financer. Et je ne suis pas le seul à le dire!»

Pourquoi ne pas les écrire lui-même? «Pour la simple raison que je ne suis pas certain d'être capable de le faire. L'écriture est un métier qui se pratique et se travaille. Je ne le fais pas. Comme je suis assez exigeant avec moi-même, je ne serais peut-être pas satisfait de moi. C'est sans doute ce qui me pousse à ne pas y aller.»

Mais, attention, l'idée germe dans son esprit. «Parfois, ça me travaille un peu, dit-il. Souvent, les scénarios que je reçois ne sont pas assez aboutis ou travaillés. Je me dis alors que c'est peut-être le moment d'écrire des choses. J'ai quelques idées. Mais pour écrire, je devrai avoir l'envie vitale de le faire. Vitale dans le sens où, le matin, j'aurai l'énergie de le faire comme j'ai l'énergie nécessaire pour aller jouer.»

Et jouer, on le rappelle, Olivier Gourmet pourrait faire ça 365 jours par année.

_______________________________________________________________

Cinemania commence aujourd'hui et se poursuivra jusqu'au 11 novembre.

Adèle Bochatay incarne Mathilde, la fille cadette de... (Photo fournie par Cinemania) - image 3.0

Agrandir

Adèle Bochatay incarne Mathilde, la fille cadette de Franck (Olivier Gourmet), dans Ceux qui travaillent.

Photo fournie par Cinemania

Quatre films d'Olivier Gourmet à Cinemania

Nous avons demandé à Olivier Gourmet de commenter les quatre films présentés à Cinemania dans lesquels il joue.

Ceux qui travaillent d'Antoine Russbach

Après avoir commis une bourde impardonnable, Franck (Gourmet), gestionnaire de fret maritime, perd son job. À l'insu de sa famille, il tente de réparer les pots cassés. «Un film réussi, fort, puissant et en parfaite adéquation avec une certaine façon de vivre aujourd'hui dans certains milieux, dit l'acteur. Je trouve essentiel d'en parler.»

L'échange des princesses de Marc Dugain

Le film est basé sur une histoire vraie. Au début du XVIIIe siècle, les cours de France et l'Espagne échangent deux filles destinées à devenir reines. Une tactique qui avait pour but de préserver la paix. «Je ne connaissais pas cette histoire, dit M. Gourmet qui interprète le régent de France. C'est un sujet à la fois profondément humain et terrible. Parce que c'est d'une grande violence que de contraindre des enfants à une telle situation.»

Edmond d'Alexis Michalik

Le film met en scène Edmond Rostand (Thomas Solivérès) qui, angoissé, s'apprête à écrire la pièce Cyrano de Bergerac. «C'est un gros cadeau, dit le comédien. J'ai été très surpris qu'il me propose ce rôle de comédie pure. Je joue le comédien Constant Coquelin à qui Rostand offre le rôle de Cyrano de Bergerac. Or, quand j'ai commencé dans le métier et qu'on me demandait quel grand rôle j'aimerais jouer, je répondais Cyrano.»

Un peuple et son roi de Pierre Schoeller

Un casting d'enfer compose ce drame historique autour de la Révolution française. Gourmet y joue l'Oncle, un souffleur de verre. «On est, encore une fois, dans une profonde humanité, car la Révolution française est racontée du point de vue du peuple, dont les femmes qui y ont joué un rôle prépondérant. Ce sont elles qui ont créé l'étincelle et poussé les hommes à se révolter.»




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer