Après huit éditions au terme desquelles seuls des réalisateurs ont été couronnés, verra-t-on une femme devenir gagnante du Prix collégial du cinéma québécois ?

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Chose certaine, trois des cinq finalistes du PCCQ dont la 9édition a été lancée aujourd'hui sont des femmes.

Ce sont Sophie Deraspe (Antigone), Monia Chokri (La femme de mon frère) et Myriam Verreault (Kuessipan).

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Monia Chokri, réalisatrice de La femme de mon frère

Les cinéastes Xavier Dolan (Matthias et Maxime) et Guillaume de Fontenay (Sympathie pour le diable) complètent le tableau.

Comme chaque année, des jeunes d’une cinquantaine de cégeps du Québec analyseront chacun de films afin de choisir leur coup de cœur.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Myriam Verreault, réalisatrice de Kuessipan

Dans une deuxième ronde, les représentants de chaque cégep se rencontreront les 27 et 28 mars afin de déterminer le grand gagnant de l’année.

Les cinq finalistes ont été déterminés par un comité de sages du milieu du cinéma. Le but de cet événement est de faire entrer le cinéma québécois dans la tête et le cœur des jeunes.

La cinéaste et comédienne Micheline Lanctôt en est la marraine depuis le début.