(Shanghai) La Chine a retiré le blockbuster international Monster Hunter des cinémas du pays peu après sa sortie, à la suite du tollé déclenché par un court dialogue jugé raciste.

Agence France-Presse

Le film d’action, tourné en anglais avec en tête d’affiche l’actrice américaine Milla Jovovich, est l’adaptation d’un jeu vidéo populaire. Sorti dans les salles obscures chinoises vendredi, il a vite été pris dans une controverse.

Dans l’une des scènes, un personnage joué par l’acteur et rappeur américain d’origine chinoise Jin Au-Yeung (MC Jin) dit à l’un de ses partenaires : « Look at my knees ! » (« Regarde mes genoux ! »).

Son interlocuteur lui répond : « C’est quel type de genoux ? ». Ce à quoi Jin Au-Yeung réplique : « Chi-nese » (« Chi-nois »), un jeu de mots en anglais mélangeant chinois (« Chinese ») et genoux (« knees »).

Cette réplique, non traduite telle quelle dans les sous-titres, a suscité les critiques d’internautes chinois, beaucoup d’entre eux l’estimant raciste. Certains ont appelé à un boycottage.

L’administration chinoise chargée du cinéma n’a pas annoncé le retrait formel du film. Mais celui-ci a disparu des plateformes de réservation de billets suite à la controverse.

Selon le site américain Deadline.com, spécialisé dans le cinéma, la compagnie allemande Constantin Film, coproductrice du blockbuster avec entre autres le géant chinois de l’internet Tencent, a publié dimanche un communiqué d’excuses.

« Il n’y avait absolument aucune intention de discriminer, d’insulter ou d’offenser de quelque manière que ce soit les personnes d’origine chinoise », a assuré l’entreprise, citée par le site internet.

Beaucoup d’utilisateurs du réseau social Weibo (équivalent en Chine de Twitter) disaient s’être sentis offensés par l’association entre un « Chinois » et quelqu’un contraint de se mettre « à genoux ».

« Cette réplique n’évoquera peut-être rien aux Occidentaux, mais dans le contexte chinois, le mot genou a vraiment une connotation d’humiliation », écrit ainsi un internaute.

La Chine n’a pas de système de classification des films selon l’âge et censure les passages jugés politiquement sensibles, violents ou sexuels.

En 2019, plusieurs scènes du film biographique anglo-américain Bohemian Rhapsody, qui évoquaient l’homosexualité du chanteur de Queen Freddie Mercury, avaient par exemple été coupées dans la version chinoise.