Si le dictateur déchu Mouammar Kadhafi est parvenu si longtemps à éluder les rebelles qui le cherchent, c'est peut-être parce qu'il roule dans une supervoiture d'espion française qu'il a achetée 4 millions d'euros (5,5 millions de dollars) en 2008 avec la bénédiction du gouvernement français.

Denis Arcand LA PRESSE

Selon le magazine français Médiapart, il s'agit d'un tout-terrain Mercedes-Benz ML modifié en profondeur par la société d'électronique française Bull-Amesys.

Le véhicule blindé bourré d'électronique est un centre de commandement mobile permettant au dictateur de se faufiler entre les bombes intelligentes et les missiles. Des systèmes brouillent à 100 mètres à la ronde les communications et les systèmes électroniques de guidage des projectiles modernes, explique Médiapart, qui affirme citer des documents déposés en cour dans une affaire typiquement française où les marchands d'armes, les politiciens et les espions se bousculent.

Mais revenons-en à la voiture: «C'est un produit superbe d'ingénierie française et un moyen évident de prendre la fuite» pour Kadhafi, ajoute le tabloïd anglais Daily Mail en disant citer «une source militaire de Paris», anonyme, bien sûr.

Et c'est une Mercedes, alors c'est confortable, la climatisation est hors pair et la suspension est juste à point dans le désert.