Depuis que la nouvelle Mazda2 est apparue en Europe, les concessionnaires Mazda d'Amérique du Nord demandent au constructeur japonais de leur accorder une partie de la production de cette petite auto, soutenant que les conducteurs nord-américains sont maintenant prêts à délaisser leurs véhicules énergivores pour une plus petite auto très économique.

Éric Descarries, Collaboration Spéciale LA PRESSE

De plus, la Mazda2 (aussi connue sous le nom de Demio au Japon), est une concurrente toute naturelle aux populaires Honda Fit et Toyota Yaris vendues, elles, en territoire nord-américain.

 

Mais, selon la publication spécialisée Automotive News, le président de Mazda, Hisakazu Imaki, hésite à ajouter la Mazda2 à la lignée nord-américaine, de peur que ses ventes cannibalisent celles de la très populaire Mazda3.

 

D'autre part, M. Imaki a ajouté, un peu à la rigolade, qu'il était un peu content de peiner à suffire à la demande de Mazda2 en Europe et au Japon. De plus, il a dit craindre que si les prix de l'essence baissaient, les consommateurs se désintéresseraient rapidement des plus petites autos.