La Viper est peu conviviale et réagit avec agressivité chaque fois que vous posez le pied sur l’accélérateur. Ce comportement est le reflet du Super muscle car américain et de tout le machisme que ça sous-entend.

Jacques Deshaies

La Viper est peu conviviale et réagit avec agressivité chaque fois que vous posez le pied sur l’accélérateur. Ce comportement est le reflet du Super muscle car américain et de tout le machisme que ça sous-entend.

Mais il faut admettre que l’impression de puissance est bien sentie derrière le volant. Elle a aussi comme particularité d’avoir une plus belle apparence le toit retiré que l’inverse. Pour 2008, la Viper va bénéficier d’un moteur encore plus puissant. Son V10 offrira dorénavant quelque 600 chevaux, soit 100 de plus que la version précédente, question de distancer la concurrence.

Au risque de se répéter, la grande difficulté de cette voiture est d’y monter et d’en descendre, un exercice qui vous fera, selon le cas, prendre conscience que vous n’avez pas la forme d’un Olympien. Mais qu’à cela ne tienne, le potentiel livré par cette bête est grisant pour ceux qui aiment des voitures au caractère brutal. Il est aussi étonnant que cette Dodge trouve encore sa place dans un créneau ou le prix est surtout synonyme de sophistication. Les acheteurs potentiels dans ce marché recherchent plutôt l’exclusivité qu’offrent les marques importées. Mais, il faut croire qu’il y aura toujours quelqu’un quelque part pour ce type de bolide bien américain.

Pour

Moteur démentiel

Agile malgré tout

Valeur de revente

Contre

Inconfortable

Suspension absente

Présentation intérieure bon marché

Fiche technique

Moteur : V10 8,4 L

Puissance : 600 CH

Couple : 560 lb-pi

Boîte de vitesse : Man 6

0 – 100 : 4,1 sec

Nombre de places : 2

Toit : Souple

Coffre : 240 L

128 500 $