De même, compte tenu du coût faramineux des pièces de remplacement et du taux horaire des ateliers de mécanique, il est préférable de se procurer un véhicule d'occasion certifié.

Jean-François Guay COLLABORATION SPéCIALE

De même, compte tenu du coût faramineux des pièces de remplacement et du taux horaire des ateliers de mécanique, il est préférable de se procurer un véhicule d'occasion certifié.

Avant le lancement de la Boxster au début de 1997, Porsche avait tenté, tant bien que mal, de proposer une gamme plus diversifiée. Le dernier modèle à tenir compagnie à la 911 avait été la 928, disparue en 1996.

Cette «Grand Tourisme» avait été dévoilée en 1977 dans le but de remplacer la 911. Un défi qu'elle n'a jamais été en mesure de relever compte tenu de la popularité de sa sSur son aînée. Par ailleurs, on se souviendra aussi des anciennes 924, 944 et 968, sans oublier la mal aimée 914, native d'un partenariat avec Volkswagen entre 1970 et 1976.

Le dévoilement de la Boxster a coïncidé avec ceux des BMW Z3 et Mercedes SLK. La Audi TT a suivi quelques mois plus tard. Par rapport à ces rivales teutonnes, la Boxster se distingue par la position centrale de son moteur, qui assure une meilleure répartition des masses entre les essieux avant et arrière. En contrepartie, il faut s'attendre à payer plus cher pour l'entretien puisqu'il n'existe pas de capot à moteur! À part une tige d'huile dans le coffre arrière, la Boxster doit être montée sur des vérins pour accéder à la mécanique. Cependant, l'emplacement du moteur permet d'offrir deux fois plus d'espace de chargement que ses rivales grâce à ses deux coffres à bagages, situés sous les capots avant et arrière!

D'une cylindrée de 2,7 litres dans la version «de base» et de 3,2 litres dans la «S», le légendaire moteur six cylindres à plat est refroidi par liquide (et non par l'air comme ceux des 911 avant 1999). Si le 2,7 litres peut être couplé à une boîte manuelle à cinq vitesses, le 3,2 litres a droit à une boîte manuelle à six vitesses. Il existe également une transmission semi-automatique à cinq rapports «Tiptronic» avec des commandes montées au volant. Par ailleurs, la cylindrée du moteur était de 2,5 litres en 1997 et 1998. Si la silhouette de la Boxster est enivrante, on ne peut en dire autant de son habitacle. Elle n'offre pas le luxe d'une SLK et encore moins la présentation techno de la TT. Si la texture des plastiques et des cuirs laisse perplexe, le tapis «shaggy» est assurément ce qui détonne le plus dans un véhicule aussi prestigieux.

Bien que la silhouette de la Boxster soit enivrante, on ne peut en dire autant de son habitacle. Elle n’offre pas le luxe d’une SLK et encore moins la présentation techno de la TT. Si la texture des plastiques et des cuirs laisse perplexe, le tapis «shaggy» est assurément ce qui détonne le plus dans un véhicule aussi prestigieux.