Près de 600 autres mordus feront comme lui pour participer, à partir d'aujourd'hui jusqu'à samedi, au rassemblement provincial de propriétaires de Harley Davidson à Gaspé.

Geneviève Gélinas
Geneviève Gélinas

Près de 600 autres mordus feront comme lui pour participer, à partir d'aujourd'hui jusqu'à samedi, au rassemblement provincial de propriétaires de Harley Davidson à Gaspé.

M. Couture nous montre sa machine aux chromes rutilants, abritée dans sa remise. Le Gaspésien a 36 ans de moto derrière lui, et c'est sa troisième Harley. «Ça a toujours représenté le summum de la moto pour moi.»

Le motocycliste roule entre 10 000 et 15 000 kilomètres chaque été. Il a transmis sa passion à ses deux enfants. «Tous jeunes, je les asseyais devant moi. Quand ils ont été plus vieux, je les amenais sur la route de Murdochville et je leur faisais changer les vitesses.»

Manière de vivre

Harley Davidson vante la «manière de vivre» qui vient avec ses motos. Pour M. Couture, ce n'est pas qu'une stratégie publicitaire. «C'est vrai. La manière de vivre, c'est la fraternité, les rassemblements. On y va pour rouler, mais aussi pour jaser de moto. On rencontre des amis, on est comme une grande famille.»

Les membres HOG (Harley Davidson Owners) du Québec se rencontrent une fois par an. Quand M. Couture et d'autres motocyclistes gaspésiens ont décidé d'organiser l'événement 2007, ils ont craint que la longue route effraie les membres.

Ils se sont fait du mauvais sang pour rien. À une semaine de l'événement, 565 propriétaires de Harley étaient inscrits. «Les optimistes en espéraient 400. En plus, il y a sûrement de 50 à 100 autres membres qui vont s'inscrire sur place», prévoit Sylvain Vachon, responsable des inscriptions.

Les motards québécois sont majoritaires, mais des participants des Maritimes, des États-Unis et même de France seront à Gaspé. Ils baladeront leurs machines à Percé et dans le parc Forillon. Ils les exposeront sur la rue de la Reine à Gaspé samedi après-midi et paraderont ensuite autour de la baie de Gaspé.

Des jeux d'adresse sont au menu, dont la slow race, antithèse de l'image de risque-tout associée à la moto. «Il ne faut pas que tu mettes tes pieds à terre, explique M. Couture. Le dernier arrivé gagne la course.» Les résidants n'ont donc pas à craindre le bruit et les vapeurs d'essence. «La moyenne d'âge des membres HOG est de 46 ans, lance M. Couture. On a passé l'âge des shows de boucane !»