Outre General Motors qui fourbit ses armes dans le tout-électrique à l’heure actuelle, Hyundai veut aussi être pris au sérieux dans cette course effrénée. Le constructeur sud-coréen a présenté la semaine dernière les premiers clichés du modèle qui donnera le coup d’envoi à ce nouvel effort d’électrification par l’entremise de sa sous-marque Ioniq.

Charles René Charles René
La Presse

L’Ioniq 5, présenté comme un multisegment compact, deviendra le premier modèle basé sur la nouvelle plateforme électrique du constructeur E-GMP. En prévision de son dévoilement officiel prévu le mois prochain, Hyundai affirme que ce modèle inaugurera un « changement fondamental » dans son approche en matière de design.

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

Vue de l'arrière de la Hyundai Ioniq 5

On constate donc aux premiers abords que l’Ioniq 5 semble vouloir conjuguer passé et avenir de belle façon, marquant le pas avec une présentation rétrofuturiste qui puise des références dans les années 1980. Détail intéressant, le capot avant formera une grande pièce de carrosserie complète avec les ailes (clamshell en anglais) pour assurer un meilleur assemblage de composantes.

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

Le capot avant formera une grande pièce de carrosserie complète avec les ailes.

Côté technique, Hyundai se garde d’avancer quoi que ce soit pour le moment, à part le fait que l’Ioniq 5 mettra cinq minutes à emmagasiner les 100 premiers kilomètres d’autonomie sur un système de recharge rapide. Il aura également une fiche électrique de 110 V pour alimenter des appareils électriques.