Hormis la Formule E, qui a fait un passage remarqué à Montréal pour les mauvaises raisons, les moteurs électriques n’ont pas réellement réussi à percer en course automobile. Il n’en demeure pas moins que ce type de motorisation, fort en couple et caractérisé par une absence de délai de réponse, présente beaucoup de potentiel. De ce potentiel, Ford a décidé de construire un bolide de course basé sur son multisegment tout électrique Mach-E.

Charles René Charles René
La Presse

Cette création totalement déjantée dispose de sept moteurs électriques, trois à l’avant et quatre à l’arrière, tous liés aux deux différentiels. Au total, on obtient pas moins de 1400 ch, légèrement moins que les 1480 ch d’une Bugatti Chiron. Ford n’a pas dévoilé le chiffre du couple maximal, mais c’est sans doute excessivement élevé. L’immense avantage qu’on obtient de cet éventail de moteurs électriques réside aussi dans la possibilité d’ajuster continuellement leur comportement, chose particulièrement importante pour le mandat éclectique de ce Mach-E 1400.

Développé de concert avec RTR, l’entreprise du champion de drift Vaughn Gittin Jr., ce véhicule se veut essentiellement une vitrine pour l’extraordinaire potentiel de l’électrique. Ainsi, il pourrait autant valser que boucler des circuits routiers à haute vitesse ou même faire des courses d’accélération. L’équipe de développement vise d’ailleurs un appui aérodynamique de pas moins de 1180 kg à 257 km/h pour assurer sa stabilité.

Ses démonstrations s’amorceront prochainement lors d’épreuves de NASCAR aux États-Unis. Entre-temps, vous pourrez le voir en action, faisant patiner ses quatre roues en départ arrêté (!) dans une vidéo sur YouTube.