(New York) Le constructeur automobile américain Ford a annoncé jeudi avoir enregistré une baisse de 12,5 % de ses ventes de voitures neuves aux États-Unis au premier trimestre, attribuant cette chute à la pandémie de coronavirus et aux mesures de confinement l’accompagnant.

Agence France-Presse

C’est plus que le repli annoncé mercredi par ses concurrents GM (-7 %) et Fiat Chrysler USA (-10,4 %). Mais moins que la baisse de 14,1 % prévue par le cabinet spécialisé Edmunds.com.

Dans l’ensemble, le cabinet Edmunds.com tablait sur une chute de 11,8 % sur un an des ventes de l’ensemble des acteurs du secteur présents aux États-Unis, à 3,55 millions d’unités, soit le premier trimestre le plus bas depuis 2012.

Un revers pour le secteur automobile, qui a connu des années de ventes record depuis 2014.  

La situation ne devrait pas s’améliorer de sitôt dans la mesure où les constructeurs américains ont fermé leurs usines aux États-Unis, au Canada et au Mexique.  

Ford a toutefois affirmé jeudi que ses stocks étaient « à un bon niveau » avec plus de 100 jours de réserves fin mars.