Mercedes a signé hier son quatrième doublé de la saison, et c’est le Finlandais Valtteri Bottas qui a remporté le Grand Prix d’Azerbaïdjan, reprenant ainsi la tête du Championnat du monde de F1 devant son coéquipier Lewis Hamilton. Et Ferrari a encore perdu une course qui lui semblait promise, Sebastian Vettel échouant sur la troisième marche du podium après que son équipier Charles Leclerc eut gâché toutes ses chances samedi en qualifications. Sur un circuit où elle a souvent bien fait, l’équipe Racing Point a signé sa meilleure performance de la saison avec les sixième et neuvième places de Sergio Perez et Lance Stroll.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Un duel de pilotes chez Mercedes ?

Il y a un an, Valtteri Bottas avait perdu le Grand Prix d’Azerbaïdjan à cause d’une crevaison à trois tours de l’arrivée, un coup du sort qui allait malheureusement pour lui résumer l’ensemble de sa saison. Menacé de perdre son volant chez Mercedes, le Finlandais a revu sa préparation et il est meilleur qu’il ne l’a jamais été, comme en font foi sa victoire d’hier et sa première place au classement du Championnat, un point devant le quintuple champion du monde Lewis Hamilton.

« C’est évidemment satisfaisant d’obtenir cette victoire après ce qui s’était passé l’année dernière, a confié Bottas en point de presse. Et quelle équipe nous avons ! Tout le monde évolue présentement à un niveau incroyable, aussi bien en piste qu’à l’usine, et nous en sommes tous très fiers. Nous avons la pression, Lewis et moi, de piloter à un aussi haut niveau, et c’est ce que nous avons fait jusqu’ici. »

Hamilton a lui aussi estimé qu’il s’agissait du meilleur début de saison de Mercedes depuis qu’il s’est joint à l’équipe en 2014. « Et Valtteri a visiblement haussé son niveau, a reconnu le Britannique. Aujourd’hui, j’ai sans doute été trop “gentil” au départ, mais il a été très propre, n’a commis aucune faute et méritait largement sa victoire. Ce circuit [Bakou] n’a jamais été l’un de mes préférés et je suis heureux de repartir d’ici avec cet excellent résultat d’équipe. J’espère faire mieux à Barcelone. »

« Nos pilotes étaient libres de se battre pour la victoire, aussi bien au départ que dans les derniers tours, a assuré le directeur Toto Wolff. C’était un risque calculé, mais j’ai été rassuré de voir qu’ils l’ont fait de manière propre et respectueuse. »

Ferrari s'embourbe

Ferrari avait dominé la première journée d’essais, vendredi à Bakou, et Charles Leclerc était parti pour enlever la position de tête, samedi… jusqu’à ce qu’il s’arrête dans un mur près du château de la vieille ville. Le Monégasque était néanmoins parvenu à prendre le premier rang, au quart de la course, mais c’est cette fois son équipe qui a gâché ses chances avec une stratégie déficiente. Cela fait maintenant plusieurs bons résultats qui glissent entre les doigts de Leclerc, et les dirigeants de la Scuderia peinent à l’expliquer. Le jeune pilote a eu beau prendre le blâme sur ses épaules, sa frustration était très visible après le Grand Prix. Et ce n’est pas le petit point supplémentaire du meilleur tour, réussi en fin de course, qui va le consoler, même s’il lui permet de garder le contact avec son coéquipier Sebastian Vettel et Max Verstappen au classement du Championnat du monde.

Vettel, qui a déjà 35 points de retard sur Bottas, a convenu que Ferrari n’était pas au niveau de Mercedes. « Nous avons parfois été plus rapides en essais, mais elles ont encore un net avantage en course. Nous devons donc travailler encore plus fort pour rattraper ce retard. Barcelone [où sera disputé le prochain Grand Prix] est un circuit qui nous convient bien et nous y irons avec des améliorations. Attendons de voir si cela nous aidera à combler un peu l’écart… »

Une bonne performance de racing point

Après deux week-ends difficiles, Lance Stroll a signé une bonne performance hier à Bakou avec une neuvième place qui, combinée à la sixième de son coéquipier Sergio Perez, permet à l’équipe Racing Point de grimper au cinquième rang du classement des constructeurs.

« C’est une bonne sensation d’être de retour dans les points », a souligné le pilote canadien après la course, en point de presse. « Ce circuit ne laisse aucune marge pour les erreurs et j’ai réussi à garder ma concentration pour manœuvrer parmi nos concurrents. Nous avons été un peu chanceux de profiter de l’accrochage entre Kvyat et Ricciardo pour gagner deux places, mais la voiture a été compétitive pendant toute la course, comme l’a montré Sergio. Je suis très heureux de notre niveau actuel, avec la possibilité d’aller chercher des points à chaque course. La compétition est toutefois très vive en milieu de peloton et il va falloir continuer de pousser. »

Le directeur Otmar Szafnauer s’est réjoui de voir Racing Point signer son meilleur résultat de la saison. « Nous savions que ce circuit était l’un de ceux où nous serions plus performants, et c’est rassurant de voir que nous l’avons été. Nos deux pilotes ont maximisé en course le résultat que les qualifications permettaient d’espérer. Sergio a pris un excellent départ et il a disputé une course sans ennuis. Lance a été plus occupé, mais il n’a commis aucune erreur. Nous commençons à voir le potentiel de la voiture. Ce sera plus difficile sur d’autres circuits, mais nous progressons bien. »

McLaren confirme, Renault s'enlise

Plusieurs équipes visent la quatrième place au championnat des constructeurs, et si Racing Point a effectué une bonne opération hier, McLaren a aussi très bien fait en plaçant ses deux pilotes aux septième et huitième places. L’équipe britannique a visiblement redressé la barre après plusieurs saisons difficiles, et le jeune Lando Norris (19 ans) semble avoir insufflé un joyeux dynamisme à son équipe.

Moins positif, le début de saison laborieux de Daniel Ricciardo s’est poursuivi hier chez Renault. L’Australien s’est battu toute la journée au volant d’une voiture poussive, mais il a gâché ses efforts en effectuant un tout droit en tentant de doubler Daniil Kvyat (Toro Rosso). Il a ensuite heurté son concurrent en actionnant la marche arrière, sans regarder dans ses rétroviseurs, une bévue qui lui vaudra une pénalité de trois positions sur la grille de départ du prochain Grand Prix…

Classement général officiel du Grand Prix d’Azerbaïdjan

1. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) les 306 049 km en 1 h 31 : 52 942

2. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 1524

3. Sebastian Vettel (GER/Ferrari) à 11 739

4. Max Verstappen (NED/Red Bull-Honda) à 17 493

5. Charles Leclerc (MON/Ferrari) à 1 : 09 107

6. Sergio Pérez (MEX/Racing Point-Mercedes) à 1 : 16 416

7. Carlos Sainz Jr (ESP/McLaren-Renault) à 1 : 23 826

8. Lando Norris (GBR/McLaren-Renault) à 1 : 40 268

9. Lance Stroll (CAN/Racing Point-Mercedes) à 1 : 43 816

10. Kimi Räikkönen (FIN/Alfa Romeo Racing-Ferrari) à 1 tour

11. Alexander Albon (THA/Toro Rosso-Honda) à 1 tour

12. Antonio Giovinazzi (ITA/Alfa Romeo Racing-Ferrari) à 1 tour

13. Kevin Magnussen (DEN/Haas-Ferrari) à 1 tour

14. Nico Hülkenberg (GER/Renault) à 1 tour

15. George Russell (GBR/Williams-Mercedes) à 2 tours

16. Robert Kubica (POL/Williams-Mercedes) à 2 tours

Meilleur tour en course : Charles Leclerc (MON/Ferrari) 1 : 43 009 au 50e tour (moyenne : 209 795 km/h)

Abandons :

Daniel Ricciardo (AUS/Renault) : accrochage, 32e tour

Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Honda) : accrochage, 34e tour

Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari) : problème mécanique (freins), 39e tour

Pierre Gasly (FRA/Red Bull-Honda) : problème mécanique (arbre de transmission), 39e tour