Les cabriolets font partie intégrante de l'identité d'Aston Martin. Le constructeur anglais a même développé son propre vocable - Volante - apparu en 1965 avec la DB6 et utilisé encore aujourd'hui pour souligner ce riche héritage. Il n'a donc rien d'étonnant à ce que le porte-fanion de la marque, la Vanquish, reçoive le traitement, pour le plaisir des sens.

Mis à jour le 5 juill. 2013
Charles René LA PRESSE

Voilà donc la Vanquish Volante, l'ultime coupé GT décapotable selon les dires de la marque de Gaydon. D'une rare grâce, elle vient s'ajouter en option à la Coupé qui nous a été montrée pour la première fois en 2012. 

La transition n'a en rien altéré l'oeuvre d'art qu'est la Vanquish. D'une pureté inusuelle, son dessin expose la grande virtuosité de l'équipe de designers qui a travaillé sur sa robe. Son toit en tissus ne prend par ailleurs que 14 secondes à se plier. 

La proue, très élancée, héberge le prodigieux V12 de 5,9 litres de dernière mouture. Générant 565 chevaux et un couple de 457 livres-pied, il chante l'une des plus belles symphonies mécaniques, rauque et métallique. 

Pour assurer une grande rigidité structurelle - généralement le maillon faible des décapotables - Aston Martin a muni son châssis de diverses pièces en fibre de carbone, un matériau évidemment très léger et rigide. Malgré tout, elle pèse 1844 kg, d'où son statut de GT. Les performances restent toutefois inchangées selon le constructeur. Le 0-100 km/h s'achève en 4,1 secondes pour plafonner à 295 km/h. 

La Vanquish Volante sera offerte sur notre marché dès l'aube de 2014.