Voici une nouvelle d'intérêt pour les décideurs des capitales canadienne et ontarienne, si elles veulent donner un coup de main à l'industrie automobile.

ASSOCIATED PRESS

La filiale allemande de General Motors, Opel, a vu ses ventes bondir au premier trimestre, après que le gouvernement allemand eut mis en place un programme de «primes à la casse» qui encourage les propriétaires de vieilles bagnoles à acheter des voitures neuves. S'ils envoient leur bazou à la ferraille, les acheteurs allemands d'autos neuves reçoivent un chèque du gouvernement allemand.

Opel (de son vrai nom Adam Opel GmbH) a vendu quelque 120 000 voitures durant les trois premiers mois de 2009, une hausse de 60% par rapport à la même période en 2008. C'est ce qu'a affirmé vendredi le directeur des ventes d'Opel, Michael Klaus, lors d'un salon de l'auto à Leipzig.

Le président de Ford Canada, David Mondragon, a récemment enjoint le gouvernement du Canada d'offrir une prime à la casse de 3500 $ par «minoune» de 10 ans et plus, et de doter le programme d'un budget de 300 millions de dollars.

La prime à la casse offerte par le gouvernement allemand est de 2500 euros (4500 $ canadiens) et vise les voitures d'au moins neuf ans.

Le programme allemand est très populaire: 335 000 demandes ont été recues par le gouvernement, qui avait prévu 1,5 milliards d'euros (bons pour 600 000 voitures) et qui envisage d'augmenter son financement.

Actuellement, le programme canadien de subvention à la casse n'est que de 300 $ par vieux véhicule. Un montant tellement minuscule que personne ne s'en prévaut, affirme M. Mondragon.

Le programme fédéral actuel a une enveloppe de 85 millions de dollars et ne vise que les voitures de 12 ans et plus, affirmait récemment le réputé analyste Dennis DesRosiers, de DesRosiers Automotive. La prime n'est que de 300 $ - souvent moins que la valeur d'un vieux tacot - et le fédéral n'offre pas d'argent. À la place, l'automobiliste qui se prévaudrait du programme actuel obtiendrait un certificat de 300 $ qu'il peut utiliser uniquement pour acheter... une passe d'autobus ou un vélo. Une mesure ridicule, affirme M. DesRosiers, qui appuie au programme bonifié à 3500 $ par voiture de 10 ans et plus, tel que demandé par Ford Canada.