Étienne Daho a baptisé son étiquette de disques  Radical Pop Music avec raison: le premier album sur Radical l'est extrêmement, radical; disons que bien des rappeurs ont l'air de mauviettes, comparés au propos de ce disque.

Publié le 15 janv. 2011
Marie-Christine Blais LA PRESSE

Interprété par Daho et Jeanne Moreau, on y entend ce long poème brûlant, cru, homo-érotique, magnifique qu'est Le condamné à mort de l'écrivain Jean Genet. Étienne chantant, Jeanne récitant, les mots incandescents de Genet ont pour écrin la musique écrite par la compositrice Hélène Martin en 1962, 20 ans après que le poète eut écrit (en prison) son ode fantasmée à un jeune truand guillotiné.

Afin de mettre en valeur le texte, Daho a privilégié des arrangements pop dépouillés, tout en élégance et épure. On s'entend: c'est de la poésie, et qui plus est, de la poésie parfois très explicite, sur un amour homosexuel, ce qui pourrait surprendre certains. Mais si on est ou on connaît un amateur de poésie, d'érotisme ou de Jeanne Moreau (qui déclame extraordinairement, à 82 ans, ce brûlot impudique), on a là le cadeau tout trouvé... qu'on n'écoutera toutefois pas en famille.

POÉSIE CHANTÉE

Moreau

et Daho

Le condamné à mort

Radical Pop

***1/2