Avec ce quatrième album en une douzaine d’années, le Montréalais d’adoption Ludo Pin propose un univers plutôt sombre. En effet, les 10 chansons qui composent Nos jours ne sont plus les mêmes ne laissent pas beaucoup de place à la lumière : le monde va mal, les peines d’amour sont douloureuses, et on va tous mourir un jour.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Ludo Pin est avant tout un écrivain qui couche sur papier des textes denses et bien construits, une poésie en prose aux images fortes. C’est avec son complice Navet Confit qu’il met ensuite en musique et enrobe les pièces, soutenues par des rythmes électros, des séquences d’échantillonnage, des touches de rap, parfois un peu de guitare. 

>>> Extrait de La fin du monde

0:00
 
0:00
 

IMAGE FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Nos jours ne sont plus les mêmes, de Ludo Pin

Les chansons au tempo majoritairement lent, parfois sans refrain, manquent malgré tout d’air. Et si Ludo Pin, qui dit beaucoup plus qu’il ne chante, fait souvent penser à Jérôme Minière, il lui manque cette légèreté qui rendrait l’ensemble plus assimilable. 

Malgré quelques chansons vraiment réussies – La fin du monde, La mer à boire –, on ressort de l’écoute de cet album plutôt alourdi. Mais si on prend la peine d’écouter les textes, avec aussi l’impression d’avoir découvert une vraie plume. 

★★★

Électro. Nos jours ne sont plus les mêmes, Ludo Pin, Chalet Musique.