Après sept ans d’absence sur disque, Luce Dufault est de retour avec Dire combien je t’aime. La chanteuse nous a raconté l’histoire des collaborations et le chemin de quelques-unes des 14 chansons qui le composent.

Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

Richard Séguin: La chanson de Cohen

« Richard, c’est une étincelle dans ma vie depuis mes débuts. Belle ancolie, Ce qu’il reste de nous, tout a commencé là. Son amitié est importante, mais c’est aussi un mentor. » Cette fois, non seulement le chanteur lui a composé deux musiques, mais il a aussi poussé son amie à se mouiller pour la première fois. « J’avais reçu ce texte de Marc Chabot quelques jours après la mort de Leonard Cohen. Mon premier réflexe a été de l’envoyer à Richard pour qu’il me fasse une musique. Il m’a répondu : “Ben non, c’est toi qui vas la faire, t’es capable !” » Il aura fallu de nombreux échanges et beaucoup d’encouragements de la part de Richard Séguin avant que l’interprète arrive avec La chanson de Cohen… plusieurs années plus tard. « Ç’a été long parce que j’y croyais zéro. Mais Richard me pousse tout le temps, il croit en moi plus que moi-même. »

0:00
 
0:00
 

David Goudreault: Débrise-nous

C’est Richard Séguin qui lui a présenté le poète-romancier-slameur. « On répétait un show de la Saint-Jean sur les Plaines. Richard a fait : “Heille David, je te présente Luce, elle se cherche des tounes !” » Le lendemain, David Goudreault arrivait avec le texte de Débrise-nous. « Il l’avait écrite pendant la nuit. J’ai été hyper touchée et j’ai senti que ça donnerait un souffle nouveau à l’album que je préparais depuis un bout. J’ai demandé à Richard qu’il en fasse la musique, puis une autre chanson [Ma vie avant toi] est venue naturellement. » Luce Dufault a longuement hésité à se lancer dans un nouvel album. « J’avais plein de chansons, mais je ne savais plus trop ce que ça signifiait avec ce qu’on vit dans l’industrie du disque. Aller dans mes économies personnelles et tout, ça me freinait ; je me disais tout le temps “ce n’est pas le temps”. » Sa rencontre avec le producteur Martin Leclerc pendant la tournée Entre vous et moi l’a fait changer d’idée. « Il m’a dit : “Je pourrais le produire, ton disque.” Ça m’a enlevé un poids, et après, ça a déboulé. »

0:00
 
0:00
 

Luc De Larochellière et Andrea Lindsay: Dire combien je t’aime

Le couple créatif et amoureux a écrit deux chansons pour Luce Dufault, Bleu et Dire combien je t’aime, qui a donné son titre à l’album. « Ils m’envoyaient des chansons, certaines fonctionnaient, d’autres non parce que je prenais une autre tangente dans la thématique. Puis il y a eu ces chansons qui ont été des coups de cœur instantanés. Je savais que j’étais capable de me les approprier, qu’elles allaient bien cohabiter avec ce que j’avais déjà accumulé. » Quel était le sentiment général qu’elle recherchait ? « Je me sens bien où je suis rendue et j’avais envie qu’on le sente. Je me sens prête à recevoir plein de trucs, que ce soit bon ou moins bon », dit la chanteuse de 53 ans, qui a envie de parler de « tout ce qui nous rend meilleurs ». « L’empathie, l’écoute, l’échange, se donner la permission de reconstruire des relations. »

0:00
 
0:00
 

Daniel Bélanger: Les chiens et les oiseaux

Quand Luce Dufault a demandé à Daniel Bélanger de lui faire une chanson – il avait déjà écrit Tu me fais du bien et Du temps pour moi sur des albums précédents – , l’auteur-compositeur lui a répondu : « Dis-moi à quoi tu penses. » « Je lui ai raconté quelque chose de très personnel, qui est même difficile à raconter, et ça l’a inspiré. Ma seule condition, c’était que ça finisse lumineux. » « J’ai fait ce que tu m’as demandé », lui a d’ailleurs dit Daniel Bélanger lorsqu’il lui a envoyé Les chiens et les oiseaux. « L’autre chanson, Entre deux néants, il est tombé dessus en faisant du ménage et me l’a envoyée en me disant qu’il avait tout de suite pensé à moi. Je ne sais pas depuis combien de temps il l’avait, mais il y a des belles affaires qui traînent chez lui. On va aller faire le ménage ! »

0:00
 
0:00
 

Moran: Pauvre Terrienne

Luce Dufault a d’abord sollicité Moran pour un texte qui serait mis en musique par Antoine Gratton. « Les deux ont accepté et ça a donné Marseille », dit l’interprète, qui aime bien susciter des rencontres. « Des fois, j’ai une envie, je vois telle et telle personne et je me dis : “Ah, que ça ferait une belle toune !” Alors je me lance. Au pire, on me dit non. Ou oui, mais on va laisser traîner et ça ne se passera pas. Mais quand ça se passe, c’est tellement cool ! » Moran lui a ensuite envoyé une deuxième chanson, Les Salines. « Puis vers la fin du processus, je lui en ai demandé une autre parce que je tripais trop ! Il m’a dit : “OK, mais parle-moi de quelque chose.” J’arrivais d’un voyage en Corse, qui avait été une espèce de moment de grâce en famille, et il m’est revenu avec Pauvre Terrienne, dont la musique a été écrite par Catherine Major. Cette chanson me tue. »

0:00
 
0:00
 

Thierry Séchan: Le cœur de l’océan

Le cœur de l’océan avait failli figurer sur l’album Des milliards de choses en 1998. « Ensuite, on a voulu la mettre sur Demi-jour [2007], mais elle ne marchait plus. » Avec une nouvelle musique de Daniel Lavoie, Luce Dufault l’a finalement enregistrée, plus de 20 ans plus tard. La chanson devient ainsi une sorte de dernier salut à son vieux complice, avec qui elle a beaucoup travaillé à la fin des années 90, puisque le frère de Renaud est mort en janvier 2019. « Thierry savait que j’allais la faire, mais il ne l’a pas entendue. Elle est sur l’album depuis le début. Elle n’a pas bougé », dit la chanteuse, qui a dû faire beaucoup de choix et de deuils pour arriver aux 14 chansons qui composent Dire combien je t’aime. Consciente que « ce n’est plus comme avant », Luce Dufault voit d’abord l’album comme une carte de visite pour sa tournée qui commencera à l’automne. « L’idée est de les rendre assez immuables, mais j’espère que les gens se déplaceront pour venir écouter ces nouvelles chansons. C’est sur scène qu’elles prennent vie. »

0:00
 
0:00
 

PHOTO FOURNIE PAR PRODUCTIONS MARTIN LECLERC

Dire combien je t’aime, de Luce Dufault

Dire combien je t’aime
Luce Dufault
Productions Martin Leclerc