Le phénomène Hubert Lenoir contamine le reste du Canada. Son album Darlène se retrouve dans la liste des finalistes au prix Polaris.

ÉMILIE CÔTÉ LA PRESSE

Du Québec, les albums MAKANDA at the End of Space, the Beginning of Time de Pierre Kwenders (en lingala, français, anglais et shona) et Dans ma main de Jean-Michel Blais (instrumental) se retrouvent aussi parmi les 10 finalistes qui pourraient remporter une bourse de 50 000 $.

Depuis 2011 (avec Tigre et diesel de Galaxie), aucun album francophone n'avait fait partie des finalistes au prix Polaris, qui vise à récompenser le meilleur album canadien avec comme seul critère la qualité artistique.

Parmi les autres formations en lice, on trouve deux artistes autochtones, soit Jeremy Dutcher (Wolastoqiyik Lintuwakonawa) et Snotty Nose Rez Kids (The Average Savage), ainsi que Partner (In Search of Lost Time), U.S. Girls (In a Poem Unlimited), Weaves (Wide Open) et Alvvays (Antisocialites). C'est sans compter le chanteur R & B torontois Daniel Caesar (Freudian), qui s'est produit deux soirs au MTELUS il y a deux semaines au Festival de jazz de Montréal.

En prétendant honorer « le meilleur album canadien », peu importe les ventes, le genre musical et la langue, le prix Polaris parvient rarement à faire l'unanimité. Dans le passé, des gens du Québec ont déploré l'absence d'albums francophones parmi les 10 finalistes.

Le vote se fait en trois étapes. Des propositions des quelque 200 membres du jury émane d'abord une liste de 40 albums. Un vote détermine ensuite 10 albums finalistes. Puis un comité d'une dizaine de personnes détermine le grand gagnant au terme d'un gala annuel en septembre.

Karkwa a remporté le grand prix en 2010 avec son album Les chemins de verre. Depuis, outre Galaxie, aucun groupe ou artiste francophone n'a pu se hisser au-delà de la présélection de 40 albums.

De Montréal, les Arcade Fire, Patrick Watson et Kaytranada ont néanmoins déjà remporté les grands honneurs.

Cette année, le quart des albums de la présélection provenait du Québec. Du côté francophone, on trouvait La science du coeur (Pierre Lapointe), Une année record (Loud), Le silence des troupeaux (Philippe Brach) et Premier juin (Lydia Képinski). Du côté anglophone, Everything Now (Arcade Fire), Queens of the Breakers (The Barr Brothers) et Deception Bay (Milk & Bone).

Les albums admissibles au prix Polaris de 2018 sont parus entre le 1er juin 2017 et le 31 mai dernier.

Les gagnants du prix Polaris depuis sa fondation en 2006

Lido Pimienta, La Papessa (2017)

Kaytranada, 99.9 % (2016)

Buffy Sainte-Marie, Power in the Blood (2015)

Tanya Tagaq, Animism (2014)

Godspeed You ! Black Emperor, ALLELUJAH! DON'T BEND! ASCEND! (2013)

Feist, Metals (2012)

Arcade Fire, The Suburbs (2011)

Karkwa, Les chemins de verre (2010)

Fucked Up, The Chemistry Of Common Life (2009)

Caribou, Andorra (2008)

Patrick Watson, Close To Paradise (2007)

Final Fantasy/Owen Pallett, He Poos Clouds (2006)