Source ID:370775; App Source:cedromItem

Jean-Marc Couture d'heure en heure

Jean-Marc Couture lors de son passage à CKOI.... (Photo: Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Jean-Marc Couture lors de son passage à CKOI.

Photo: Olivier Jean, La Presse

La Presse

Un peu plus d'un an après avoir gagné la grande finale de Star Académie, le chanteur et musicien Jean-Marc Couture lançait hier son premier album, intitulé Si tel est ton désir.

Ce premier opus est le fruit d'une collaboration avec plusieurs auteurs-compositeurs-interprètes québécois.

À l'occasion de ce lancement, le jeune homme de 22 ans, originaire de Val-d'Amours, au Nouveau-Brunswick, a donné un petit concert à L'Olympia. Un moment béni précédé d'une série d'entrevues et suivi d'une rencontre avec les fans.

La Presse a accompagné Jean-Marc Couture durant cette longue, mais gratifiante journée.

Une journée dans la vie de Jean-Marc Couture

7h45 : Jean-Marc Couture arrive pile-poil pour son entrevue à l'émission Yan, Kim et Billy à CKOI. Il entre seul à la Place Bonaventure, son étui de guitare à la main. Portant un blouson de cuir noir, un jeans et un chandail à l'effigie du film Reservoir Dogs de Tarantino, il nous serre chaleureusement la main.

8h06 : Après quelques minutes d'entrevue, Couture indique aux animateurs que son spectacle de la soirée comprendra six chansons de son premier album. «Le reste sera des tounes des Beatles», lance Billy à la blague. «Ou de Led Zeppelin», répond Couture du tac au tac. Puis, il entame l'interprétation de son hit Si tel est ton désir, flanqué du guitariste Kevin Girouard. C'est la fête dans le studio, où tout le monde danse.

9h05 : Quelques minutes avant de donner une entrevue à l'émission Salut, Bonjour à TVA, Jean-Marc Couture pianote furieusement sur son iPhone. Depuis le début de la journée, son compte Twitter est inondé de commentaires joyeux et encourageants sur la sortie de son album. «D'ordinaire, j'essaie de répondre au plus grand nombre de personnes possible. Mais aujourd'hui, j'ai vraiment beaucoup de difficulté à remonter tout le fil», dit-il en faisant aller son pouce de haut en bas sur son téléphone intelligent.

9h35 : L'entrevue à TVA s'est bien déroulée. À bord de la Jeep de Couture, nous prenons la route vers un restaurant de la rue Ontario pour déjeuner. Mais avant, nous passons prendre la copine du chanteur, Andrée-Anne Leclerc, à son logement. Avec son appareil de reconnaissance vocale, Couture appelle chez elle en lançant à haute voix: «Appelle mon amour.» «C'est cuuuute», s'émeut l'attachée de presse.

10h : Déjeuner substantiel pour tout le monde. Avec une simplicité désarmante, Couture répond à nos questions. À quelques heures de son spectacle, il est très serein. Lorsqu'on lui demande ce qu'il fait en dehors de la musique, il reconnaît que celle-ci occupe énormément de place. «Je fais plein d'autres choses, mais chaque jour, je fais de la musique.»

11h : On se quitte pour un moment. Sur les conseils de ses proches, Jean-Marc Couture se rend chez Archambault pour acheter un exemplaire de son propre album. Il paraît que ça porte chance.

12h50 : La répétition n'est pas encore officiellement commencée, mais le directeur musical Scott Price veille sur tout. Il se délie les doigts sur le piano électrique en jouant un air de Chopin ainsi que l'amorce des pièces Firth of Fifth et The Lamb Lies Down on Broadway de Genesis.

13h30 : Couture et ses quatre musiciens sont en pleine répétition dans une salle où s'activent uniquement quelques techniciens.» Ça va bien», assure Couture après une interprétation très rock de Elle veut mon âme. La vedette du jour répète ce qu'elle doit dire au public et trébuche sur quelques mots, ce qui fait bien rigoler ses collègues.

14h05 : «C'est cool, ma voix est en shape», lance Couture après la répétition de la dernière pièce de son programme. Dehors, une trentaine de spectateurs attendent l'ouverture des portes.

15h45 : L'ambiance a monté de deux crans autour de L'Olympia. Sur la scène baignée de lumières rouges, bleues et blanches, tout est prêt. Assis sur une partie légèrement surélevée, Couture enchaîne les entrevues. Dehors, le nombre de détenteurs de billets en attente a bondi. Le hall d'entrée a des allures de ruche. Les stations de radio CKOI et Rythme-FM ont installé leurs consoles, et les animateurs révisent leurs notes. Autour d'eux, les murs sont pavoisés aux couleurs de la vedette du jour. L'incontournable stand de souvenirs est rempli de disques, de chandails et d'affiches.

16h45 : Jean-Marc Couture donne ses dernières entrevues. Dans la salle, on place les derniers éléments du spectacle, dont une rangée de fauteuils pour les invités spéciaux. Plus tôt dans la journée, Couture aura confié à La Presse que les pièces qu'il jouera sont Si tel est ton désir, Elle veut mon âme, Toi qui me fais vivre, D'aimer comme j'aime, Le vent et la rivière, Le blues des remerciements et Je suis ailleurs.

Le spectacle peut commencer!

Retour au studio de son enfance

C'était un peu plus tôt cette année, alors que Jean-Marc Couture venait à peine de terminer l'enregistrement de son premier album, Si tel est ton désir.

Le jeune homme pouvait enfin prendre quelques jours de vacances. Avec son amoureuse Andrée-Anne Leclerc, il a pris la route de Val-d'Amours, au Nouveau-Brunswick, pour aller voir sa famille et ses amis.

Or, à peine arrivé à destination, il a reçu un appel téléphonique de la production à Montréal. Quelque chose coinçait sur la pièce Toi qui me fais vivre. Dans le passage Je me demandais pourquoi/J'erre sur la Terre, le mot «erre» était inaudible. Il fallait reprendre ce passage.

On a vite trouvé la solution. Couture a sauté dans sa Jeep et pris la direction de Charlo, village du Nouveau-Brunswick, dans le comté de Restigouche, pour s'arrêter au studio RMA.

«C'est le studio de Michel Arsenault, où j'avais pris mes tout premiers cours de guitare à 11 ans, raconte Couture. On a pu enregistrer correctement le passage et l'envoyer à Montréal. J'étais content que Michel puisse, à sa façon, participer à l'album.»

Le chanteur en quelques mots

Naissance: 1er juillet 1990 (22 ans)

Lieu de naissance: Val-d'Amours (Nouveau-Brunswick)

Guitariste: depuis l'âge de 11 ans

Sa guitare: Fender Stratocaster 72

Son ampli: réplique d'un vieux Marshall des années 60 fait sur mesure par Jean-François Laplante

Sa musique: blues-rock avec des accents de folk

Autres instruments: «Je joue un peu de tout, mais pas bien [rires].»

Premier coup de coeur musical: Stevie Ray Vaughan

Sa première émission télé: un téléthon au Nouveau-Brunswick. «J'ai chanté Petit papa Noël.»

Dans son iPod, il écoute: Jonny Lang, Garrett Mason, Gary Clark Jr, Black Keys, John Mayer, Cat Empire, etc.

Son programme d'hier soir: Si tel est ton désir, Elle veut mon âme, Toi qui me fais vivre, D'aimer comme j'aime, Le vent et la rivière, Le blues des remerciements, Je suis ailleurs.

La chanson qu'il aurait aimé écrire: Imagine




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer