La Cour suprême des États-Unis a annoncé lundi qu'elle examinerait le sens de l'«indécence» à la télévision, dans un dossier qui concerne l'apparition de fesses nues dans une série et l'emploi de mots grossiers par des vedettes en direct.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La plus haute juridiction des États-Unis examinera l'affaire dans le courant de l'automne et rendra une décision d'ici juin 2012.

Plusieurs questions survenues lors de différents événements ont été réunies dans un seul dossier lorsqu'une cour d'appel a déclaré que la définition d'«indécence» adoptée par la Commission fédérale de régulation des communications (Federal communication commission, FCC), était «constitutionnellement vague».

Dans un des cas en cause, la chanteuse Cher et la riche héritière Nicole Richie ont prononcé des mots grossiers lors de soirées de remises de récompense diffusées en direct sur Fox. Dans un autre, un épisode de la série «NYPD Blue» diffusé sur ABC montrait une femme nue vue de dos entrant dans une douche.

À chaque fois, la FCC a imposé de grosses amendes aux chaînes, que celles-ci ont contesté en justice. Elles ont obtenu gain de cause en appel.

L'agence qui avait remporté devant la juridiction suprême une première bataille contre les mots grossiers prononcés en direct en 2009, lui demande de valider de manière plus générale la croisade pour la décence aux heures de grande écoute qu'elle a entamée en 2004, lorsque le sein de Janet Jackson était apparu en direct lors de la finale du Superbowl.

Actuellement, sa définition de l'«indécence», au delà de laquelle une amende est imposée, prévoit que «les images (...) doivent montrer ou décrire des organes ou des activités sexuels» et qu'elles doivent «être manifestement choquantes au regard des normes contemporaines de la société».