Soweto Gospel Choir

En février 2008, un an après avoir participé au festival Montréal en lumière, la chorale sud-africaine Soweto Gospel Choir accueillait à Johannesburg Céline Dion. Avec ses voix puissantes et son énergie contagieuse, la vingtaine de chanteurs propulsait sa chanson Love Can Move Mountains dans une autre dimension. Écoutez leur version de Pride (In the Name of Love) sur l'album In the Name of Love: Africa Celebrates U2, et il se pourrait que vous vous précipitiez à la Maison symphonique.

Maison symphonique, à 15h et à 19h

Camp de blues

Ils ont entre 13 et 17 ans et ils viennent de vivre un rêve musical: un camp de blues où les profs sont des pros et où chacun des jeunes musiciens a eu le temps de faire sa place dans un des cinq combos que le blues nous guette.

Scène TD, à 17h

Laurent de Wilde

Celui que l'on avait connu par l'électro-jazz revient avec un trio acoustique classique pour livrer Over the Clouds, où il a retrouvé le contrebassiste Ira Coleman, qui passe par ailleurs de Sting à Dee Dee Bridgewater sans lever le pied. Soirée prometteuse dans un Astral 100% jazz pour l'occase...

L'Astral, à 21h

Bryan Lee

Si vous n'avez jamais assisté à un concert de cet habitué du Festival - Bryan Lee a déjà enregistré un disque live au Spectrum -, faites-vous ce plaisir. Dans le power blues, personne n'accote l'ancien résident de l'Old Absinthe Bar de La Nouvelle-Orléans. On insiste: un must absolu.

Scène Loto-Québec, à 21h et à 23h