(Montréal) Quatre ans se sont écoulés depuis la dernière fois où Véronique Cloutier a été à la barre du gala des prix Gémeaux, qu’elle a coanimé avec Éric Salvail en 2015.

Caroline St-Pierre
La Presse canadienne

Le paysage artistique et télévisuel québécois a beaucoup changé pendant ces quatre petites années, et il va sans dire que les préoccupations sur la diversité à l’écran de même que la présence de plus en plus accrue des plateformes numériques se feront sentir lorsque l’animatrice pilotera la cérémonie le 15 septembre.

« Je dirais que la différence principale, c’est vraiment au niveau de la diversité », note celle qui en sera cette année à l’animation de ses sixièmes Gémeaux.

« On le sent que c’est une préoccupation sincère, réelle. Il y a un mouvement qui a été amorcé. Je le sais que c’est pas gagné, c’est loin d’être terminé, ça commence, mais là on le sent, autant chez les producteurs que chez les diffuseurs, il y a vraiment un mouvement qui est très présent, et ça va se sentir dans le gala des Gémeaux », affirme-t-elle.

Véronique Cloutier prévoit un gala traditionnel, qui s’ouvrira sur un numéro de variétés visant à mettre en valeur ce qui se fait en télévision au Québec. Elle prévoit de l’humour, certainement, mais on ne devra pas s’attendre à des blagues grinçantes qui pourraient écorcher les oreilles de certains de ses collègues.

« Je suis un peu fan de ne pas jeter un froid en début de soirée et puis d’être prise avec après. Donc oui à l’humour, mais je pense que quand on voit que c’est moi à l’animation, on s’attend à ce que ce soit pertinent, peut-être drôle, mais je ne suis pas Mike Ward non plus », illustre-t-elle.

Animer un gala dédié à la télévision vient par ailleurs avec des défis, en 2019, une époque où les manières de regarder le petit écran varient de plus en plus et que, par conséquent, les grands rendez-vous télévisuels où tout le monde est posté devant son téléviseur existent de moins en moins. Des séries sortent en primeur sur une plateforme numérique avant d’être diffusées, parfois plusieurs mois plus tard, sur des chaînes généralistes, de sorte qu’il devient plus difficile de trouver des références qui rejoindront tout le monde.

Véronique Cloutier prévoit d’ailleurs en faire mention, dans son monologue d’ouverture.

« Ça devient très, très compliqué », admet-elle.

« Il y a encore des gens qui consomment vraiment la télévision en direct, au moment où c’est diffusé, puis il y a des gens qui ne consomment que de la télévision en ligne, numérique. Nous, on s’adresse à un hybride de tous ces gens-là, mais c’est sûr que ce qui est plus dur, c’est au niveau de la référence. »

District 31 sera la grande favorite du gala du 15 septembre avec 15 nominations, suivie de M’entends-tu, qui en compte 14. Clash, Unité 9, Bye Bye 2018, Faits divers, Les pays d’en haut et L’heure bleue comptent également 10 nominations ou plus.

Discussions avec mes parents, District 31, En direct de l’univers, La vraie nature et Ruptures sont en lice pour le prix du public, qui sera remis après compilation du vote qui se déroule jusqu’au 14 septembre sur le site web des Gémeaux.