Omar Khadr avait 15 ans lorsqu’il a été blessé en Afghanistan, puis envoyé à la prison américaine de Guantanamo, à Cuba, en 2002. Les États-Unis l’accusaient d’avoir lancé une grenade qui a provoqué la mort d’un soldat américain. Son statut d’enfant-soldat n’a pas été reconnu. Il a été détenu et emprisonné de manière arbitraire. Il a été torturé. Ses droits ont été bafoués. Ce n’est pas moi qui le dis, mais Amnistie internationale.

Marc Cassivi Marc Cassivi
La Presse

En 2010, la Cour suprême a jugé que le Canada avait violé les droits fondamentaux de son ressortissant, tels que garantis par la Charte des droits et libertés. En conséquence, le gouvernement fédéral a versé une indemnité de 10,5 millions et offert des excuses publiques à Khadr, en juillet 2017. Libéré sous conditions depuis 2015, le résidant d’Edmonton a retrouvé sa pleine liberté il y a moins d’un mois.

Au Québec comme ailleurs au pays, plusieurs se sont insurgés contre ce règlement par le gouvernement Trudeau d’une poursuite concernant une violation des droits commise sous le gouvernement Harper. Ils minimisent les sévices subis par cet enfant-soldat ainsi que les contraintes qui ont mené à son aveu de culpabilité. Pour eux, Omar Khadr est et restera un terroriste.

PHOTO JEFF MCINTOSH, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Ezra Levant, polémiste bien connu au Canada anglais, a réagi vivement sur les réseaux sociaux au passage d’Omar Khadr à l’émission Tout le monde en parle, dimanche.

C’est le cas d’Ezra Levant, polémiste bien connu au Canada anglais, qui, comme plusieurs autres, a réagi vivement sur les réseaux sociaux au passage d’Omar Khadr à l’émission Tout le monde en parle, dimanche.

« Imaginez applaudir un meurtrier. Ils l’ont applaudi. Ils ont fait jouer de la musique lorsqu’il est arrivé sur le plateau. Pour un meurtrier, un criminel de guerre d’Al-Qaïda reconnu coupable », a écrit Levant sur Twitter, dimanche soir, images de l’entrevue à l’appui.

« C’est ça, la CBC de Trudeau. Ils vous détestent. Ne l’oubliez jamais. »

— Ezra Levant

Guy A. Lepage lui a répondu hier, en anglais, sur Twitter : « En fait, Trudeau n’a rien à voir avec notre émission. Ni Harper avant lui. Vous pouvez être d’accord ou pas avec les gens que nous invitons, mais cessez votre propagande merdique. Personne d’autre que mon équipe ne choisit qui sera invité. Depuis 15 ans. Et jusqu’à la fin. Des questions ? »

Levant n’avait pas d’autres questions, mais un procès d’intention à faire au populaire animateur québécois. « Vous êtes un journaliste du gouvernement qui travaille pour la télévision d’État, a-t-il écrit. Je sais que c’est honteux, mais ne mentez pas. Votre patron Trudeau a donné 10,5 millions à Khadr ainsi que des excuses publiques. Vous lui avez donné 10,5 millions en publicité, et une tribune publique. Vous êtes une honte internationale. »

Il ne s’agit pas que d’une simple rixe entre deux personnalités médiatiques des « deux solitudes ». Les propos d’Ezra Levant trouvent un écho à droite – à l’extrême droite surtout – un peu partout au pays. En fin d’après-midi hier, son tweet avait été relayé plus d’un millier de fois.

Au Canada anglais en particulier, on fait du cas Khadr une affaire politique. Et on veut donc faire de son invitation à Tout le monde en parle une affaire politique. Or, non seulement Ezra Levant est-il mal informé – ce qui ne surprendra personne qui connaît un tant soit peu le personnage –, mais encore l’invitation faite à Omar Khadr par Guy A. Lepage (qui n’est ni journaliste, ni employé d’une télévision d’État) est loin d’être une honte. C’est même le contraire. Ce n’est, du reste, un affront ni à la démocratie, ni aux victimes de terrorisme (ce que d’autres commentateurs ont soutenu).

Ce qui est une honte internationale, c’est que le gouvernement du Canada n’ait rien fait pendant des années pour empêcher que l’un de ses ressortissants, mineur en plus, soit torturé dans une prison américaine reconnue pour bafouer les droits humains les plus élémentaires.

Ezra Levant qui accuse Guy A. Lepage d’être une honte internationale, c’est l’équivalent de Don Cherry qui qualifierait Dany Dubé de clown. Levant est une ancienne tête d’affiche de Sun News Network, la « Fox News du Nord » qui a fait faillite en 2015. Cette chaîne de nouvelles en continu qui cassait du sucre en permanence sur le dos du Québec et des Québécois était, on s’en souvient, une propriété de Québecor.

Levant a créé depuis Rebel Media, où il poursuit son œuvre militante de populiste obsédé par l’islam. Il ne porte pas de nez rouge ni de fleur qui arrose à la boutonnière, mais on ne pourrait s’y méprendre : c’est un authentique clown. L’époque, malheureusement, a tendance à prendre les clowns au sérieux.

« Ça m’étonne toujours que des Canadiens pensent que la télévision publique est une télévision d’État », me disait hier Guy A. Lepage, qu’on ne peut objectivement accuser de complaisance dans cette entrevue avec Khadr (ce que je lui ai moi-même déjà reproché dans le passé). Il a posé les questions qui s’imposaient, ni plus ni moins.

En 15 ans d’existence de Tout le monde en parle, jamais le politique n’a tenté d’influencer le contenu de son émission, affirme Lepage, qui en est non seulement l’animateur, mais aussi le producteur au contenu.

« Ce n’est même pas passé proche. Et là-dessus, il y a eu 11 ans de Harper. »

— Guy A. Lepage

Lepage, qui ne connaissait pas Ezra Levant avant son tweet de dimanche, était d’autant plus étonné de son commentaire que Justin Trudeau a publiquement remis en question le montant de l’entente de 10,5 millions avec Khadr (ce que l’animateur a d’ailleurs souligné en ondes, dimanche). « C’est une autre preuve que le judiciaire est indépendant du politique », constate-t-il.

Ce n’est pas la première fois que Tout le monde en parle soulève l’ire des commentateurs du Canada anglais. Guy A. Lepage remarque que les réactions du ROC sont plus virulentes lorsque ses invités sont des ministres, premiers ministres ou anciens premiers ministres. Ce fut récemment le cas avec Brian Mulroney.

L’ancien chef de cabinet de Brian Mulroney, Norman Spector, a d’ailleurs déclaré hier, toujours sur Twitter, que Tout le monde en parle devrait être « assujettie aux standards journalistiques de Radio-Canada », comme s’il s’agissait d’une émission qui relève du service de l’information du diffuseur public. Ce n’est pourtant pas le cas depuis 2003, rappelle Guy A. Lepage. « Il était temps qu’il allume ! », dit-il de Spector, un ancien journaliste originaire de Montréal, qui collabore régulièrement à la CBC.

« On m’accuse une semaine d’être journaliste et la suivante de ne pas être journaliste ! », ironise Lepage, un ancien étudiant en communications de l’UQAM.

« Dans le même mois, on me reproche d’être libéral, péquiste, solidaire, vert, néo-démocrate, d’être pour ou contre le projet de loi sur la laïcité. Mais on ne m’a jamais traité de conservateur, à ma connaissance… »

— Guy A. Lepage

L’animateur ne regrette pas d’avoir répondu publiquement à Ezra Levant et ne compte pas changer ses habitudes sur les réseaux sociaux. Il a d’ailleurs répliqué à un tweet de l’ancien employeur de Levant, Pierre Karl Péladeau, qui écrivait il y a une semaine, avec l’enthousiasme d’un amateur de hockey commentant un match à TVA Sports : « Encore une fois, La Voix écrase Tout le monde en parle ! » (en faisant référence aux cotes d’écoute des deux émissions). Ce à quoi Guy A Lepage a répondu : « Wou ! Le monsieur est fâché ! »

« Est-ce qu’il devrait faire ça ? Non. Il fait du mal à ses corporations », me confiait hier Lepage, qui reconnaît que le point de vue du président de Québecor sur les redevances de Vidéotron est pourtant défendable. « Mais de la façon qu’il le fait, dit-il, il s’aliène malheureusement plusieurs personnes qui seraient d’accord avec lui. » Difficile de le contredire.