Le médecin personnel de Michael Jackson devait comparaître à Los Angeles lundi lors d'une audience préliminaire consacrée au calendrier de son procès et au maintien ou non de son autorisation d'exercer dans l'État de la Californie d'ici là.

ASSOCIATED PRESS

Le «roi de la pop» est mort chez lui à Los Angeles le 25 juin 2009, à l'âge de 50 ans, après avoir absorbé un cocktail de médicaments que lui a administrés le Dr Conrad Murray. Le praticien a été inculpé d'homicide involontaire à l'issue d'une enquête de police, mais il maintient n'avoir rien fait qui aurait pu tuer son patient.

Au tribunal, le Dr Murray devrait croiser à l'extérieur les fans de la popstar qui le tiennent pour son meurtrier, et à l'intérieur des membres de la famille Jackson.

Ce cardiologue se bat pour conserver son droit d'exercer en Californie. Son avocat Ed Chernoff affirme que, bien qu'il ne pratique pas dans cet État, perdre sa licence déclencherait un effet domino et risquerait de lui faire perdre son autorisation dans le Texas et le Nevada.

Le conseil affirme dans des documents soumis au tribunal vendredi que ces deux États ont conclu des accords autorisant le Dr Murray à exercer la médecine tant qu'il respecte l'ordre du juge de ne pas administrer d'anesthésiants tels que le profofol, l'un de ceux qui auraient tué Michael Jackson.

Lundi, le procureur général de Californie devrait demander au juge Michael Pastor de la Cour supérieure d'annuler une précédente décision de justice autorisant le Dr Murray à continuer d'exercer. Le juge devrait aussi fixer une date pour une audience préliminaire aux allures de mini-procès qui dira si le praticien, actuellement en liberté sous caution de 75 000 $US, doit attendre son procès en prison.

Le Dr Murray continue d'exercer la médecine à Houston et Las Vegas. Le cardiologue s'est fait remarquer le mois dernier en se portant au secours d'une femme qui avait le pouls faible dans un avion parti de Houston.