Sorti en 1974 après trois ans de galère et de clandestinité, Bulldozer est aujourd'hui un film culte. Et rare. Mettant en vedette Mouffe et Donald Pilon, cette «oeuvre maudite» est une sorte «d'opéra rock des gueux» (l'expression est tirée du Dictionnaire du cinéma québécois) dont l'intrigue est campée dans un dépotoir abitibien. La musique est bien entendu signée Offenbach (groupe que l'auteur-cinéaste Pierre Harel a cofondé), et ponctue la «poésie sordide» de la faune bigarrée déambulant dans l'univers du cinéaste-rockeur. Présenté mardi prochain au Festival du nouveau cinéma pour souligner les 40 ans de l'Association coopérative de productions audio-visuelles (ACPAV), Bulldozer a récemment fait l'objet d'une numérisation, gracieuseté du projet Éléphant. Marc-André Lussier

LA PRESSE

Mardi, 19h, au Cinéma ONF.