Rosaire et la Petite-Nation, Roger Toupin, épicier variété, Nestor et les oubliés, Ce qu'il faut pour vivre et maintenant Décharge. Lorsqu'on demande au réalisateur s'il existe un fil conducteur entre ses films, que ce soit des documentaires ou des fictions, il n'hésite pas à évoquer les marginaux: «Ce sont souvent des gens en marge d'un système. J'aime observer des personnes qui sont à la croisée des chemins, qui se mettent en danger ou sont mis en danger. Cela révèle bien des choses sur elles et sur la société qui les entoure. C'est aussi une autre façon d'avoir un regard sur la normalité à partir de la différence.»

André Duchesne LA PRESSE