Ce n’est pas tous les jours que 14 millions d’invitations sont distribuées dans les boîtes aux lettres pour un évènement… obligatoire sous peine d’amende. C’est ce que feront les facteurs de Postes Canada le 3 mai.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

À moins d’un revirement de situation spectaculaire, il n’y aura pas d’élections fédérales ce printemps. Mais les Canadiens devront quand même cocher des cases… Celles du formulaire du recensement 2021.

Le crayon ne sera toutefois pas nécessaire.

Pour la première fois de l’histoire, tous les citoyens seront invités à répondre aux questions en ligne. On sauve des arbres, et on réduit les coûts.

Au fait, combien nous coûtera le recensement ? Au total, 747 millions.

Par ménage, cela équivaut à 41,35 $. La dernière fois, il y a cinq ans, la facture s’était élevée à 45,92 $ (comparaison en dollars constants).

Aux États-Unis, où le papier est encore très utilisé, le coût par ménage est de « trois à quatre fois plus élevé » qu’ici, précise Stéphane Dufour, statisticien en chef adjoint, Secteur du recensement, des services régionaux et des opérations à Statistique Canada. Passionné de chiffres – comme il se doit, sans doute –, il en avait une longue liste à me fournir.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

« Pour la première fois de l’histoire, tous les citoyens seront invités à répondre aux questions en ligne. On sauve des arbres, et on réduit les coûts », rapporte notre chroniqueuse.

À commencer par le temps requis pour remplir le formulaire. Le court, qui compte 17 questions, vous prendra 8 minutes. Le long, qui en compte 58, requiert très exactement 39 minutes, a-t-on calculé.

Évidemment, ceux qui n’ont pas accès à l’internet ou qui ne sont pas à l’aise avec les technologies pourront appeler Statistique Canada pour obtenir une version papier du formulaire. Il en existe en braille, avec de gros caractères, dans plusieurs langues…

Avec la pandémie, qui en a forcé plus d’un à améliorer ses compétences avec la souris, on s’attend à ce que 80 % des formulaires soient remplis électroniquement.

L’autre avantage avec cette méthode, c’est que si vous inscrivez par erreur que vous avez 33 enfants, le système va détecter l’aberration et vous demander si votre réponse est exacte. Vous pourrez alors enlever le chiffre de trop.

* * *

En passant, pandémie ou non, technologie ou non, Statistique Canada a besoin de 32 000 personnes pour faire le travail. Si ça vous intéresse, il est encore temps de postuler en ligne. Pour la plupart des emplois, il faut être disponible 20 heures par semaine pendant environ deux mois. D’autres boulots sont à temps plein. Les salaires horaires varient de 17,83 $ à 21,77 $.

La pandémie et la technologie sont justement les deux principales préoccupations. Mettons une chose au clair : aucun agent recenseur ne mettra le pied dans votre logis. Si vous ne transmettez pas votre formulaire, il cognera à votre porte et fera son travail sans la franchir.

Pour ce qui est de la sécurité des renseignements personnels, sachez que votre numéro d’assurance sociale ne vous sera pas demandé. Le site web est protégé, les données sont cryptées de façon bidirectionnelle et les employés prêtent un serment de discrétion valide toute leur vie. En outre, Statistique Canada ne transmet pas les informations reçues à d’autres ministères, assure Stéphane Dufour.

* * *

Le but du recensement étant de faire un portrait du pays, de nouvelles questions s’ajoutent pour refléter la réalité.

On vous demandera ainsi votre sexe « à la naissance » et votre identité de genre actuelle. On voudra aussi savoir si vous travaillez à temps partiel et pourquoi. Une question sur le navettage – la façon de se rendre au travail – permettra d’avoir un portrait plus juste. Par la bande, on saura alors combien de personnes travaillent actuellement à domicile, puisque c’est une photo qu’on prend.

Les réponses permettent d’ajuster une foule de programmes gouvernementaux pour qu’ils répondent mieux aux besoins.

Quand vous achetez une maison et qu’on vous précise l’âge et le revenu moyen des habitants du quartier, l’information provient du recensement. Les syndicats utilisent le recensement pour comparer les revenus de différents professionnels. La distribution des vaccins, les transferts fédéraux aux provinces, tout cela nécessite des données fiables.

Bref, tout le monde y gagne.

Au cours des trois dernières élections fédérales, le taux de participation n’a pas dépassé 77 %. Le recensement est pas mal plus populaire… même si les peines d’emprisonnement pour les récalcitrants ont été abolies.

En 2016, pas moins de 98,3 % des Canadiens avaient transmis leur formulaire. Les coordonnées de 46 ménages ont été transmises au Service des poursuites pénales du Canada, qui a le pouvoir de sévir. L’amende maximale pouvant être imposée : 500 $.

Ce serait ridicule de faire partie de cette minorité. Alors en mai, à vos souris, prêts, répondez !