L’idée de partir à l’aventure à bord de son propre véhicule récréatif germe dans la tête de Marie-France* depuis qu’elle en a loué un à l’étranger. Elle s’y voyait dans quelques années. Or, la COVID-19 l’incite à concrétiser ce projet maintenant. Peut-elle se permettre un VR sans compromettre son autre projet, celui d’une retraite à 55 ans ?

Isabelle Dubé Isabelle Dubé
La Presse

« D’habitude, les gens font le chemin inverse et se disent : “À la retraite, je vais faire le tour du monde.” Moi, c’est le contraire, je l’ai déjà fait parce que j’ai travaillé à l’étranger, raconte la femme de 48 ans au téléphone. J’ai maintenant envie de découvrir ma province et mon pays. »

Marie-France n’a pas été emballée par la location d’un chalet l’été dernier. Elle ne se sentait pas à l’aise dans les oreillers des autres, illustre-t-elle. « Avec un VR, tu as ta petite maison sur quatre roues et tu peux aller où tu veux », s’enthousiasme la célibataire sans enfant.

En faisant les premières démarches, Marie-France a constaté que les VR sont tellement populaires qu’elle n’aurait le sien qu’en 2022. Puis, il y a le prix : 150 000 $. Pourra-t-elle, comme prévu, cesser de travailler à 55 ans ?

« Mon train de vie m’apporte des dépenses annuelles en moyenne de 40 000 $, dit-elle. Je tiens un budget détaillé depuis 2004, alors j’ai une excellente compréhension de mes dépenses. De plus, j’ai pris un [congé] sabbatique de 18 mois pendant lequel je me suis “entraînée” aux principes de la frugalité. Je pourrais, je crois, baisser à 35 000 $. »

Les chiffres
Salaire annuel : 105 000 $
Régime de retraite à prestations déterminées (depuis 2019 seulement)
REER : 315 000 $
CELI : 90 000 $
CRI : 134 000 $ (régime de retraite ancien employeur)
Épargne dans un compte non enregistré : 115 000 $
Compte bancaire : 17 000 $
Valeur de la maison : 800 000 $ (reçue en héritage)
Marge de crédit hypothécaire : 100 000 $ (pour investissements)

La retraite à 55 ans

Avant même d’évaluer l’achat du véhicule récréatif, David Paré, planificateur financier et conseiller en placements chez Valeurs mobilières Desjardins, a d’abord vérifié si Marie-France pouvait envisager une retraite à l’âge souhaité.

« La plupart des gens n’ont pas de budget et n’ont pas conscience de tout ce que ça leur coûte, explique David Paré. C’est un point en sa faveur, elle a eu la rigueur et la discipline de le faire depuis plusieurs années. On peut donc se fier au fait que son train de vie est bel et bien de 40 000 $. »

« Une retraite de 40 ans, ça met de la pression, poursuit le planificateur. Elle n’a pas beaucoup de temps pour épargner. Elle l’a toujours fait, mais il faut garder en tête qui ne lui reste que sept ans. »

PHOTO FOURNIE PAR VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS

David Paré, planificateur financier et conseiller en placements chez Valeurs mobilières Desjardins

Si Marie-France continue de verser le maximum chaque année dans son REER ainsi que dans son CELI et qu’elle retire sa rente du Québec et sa pension de la Sécurité de la vieillesse à 65 ans, elle pourra arrêter de travailler à 55 ans. David Paré a projeté un rendement de 3,3 % pour ses placements, une inflation de 2,1 % et une espérance de vie de 95 ans.

Cependant, pour maintenir son train de vie, elle devra vendre sa maison à 91 ans ou opter pour une hypothèque inversée, car elle n’aura plus de liquidités.

Ce mode de financement permet d’obtenir un prêt équivalent de 10 % à 40 % de la valeur estimée de la propriété. Les liquidités peuvent être encaissées immédiatement ou versées en montants périodiques. Le prêt est remboursé lors de la vente de la maison.

« Actuellement, sa maison représente les deux tiers de ses actifs et on essaie de ne pas s’en servir, parce qu’elle veut y habiter le plus longtemps possible. Mais en matière de capacité financière, il n’y a aucun problème à ce qu’elle prenne sa retraite à 55 ans », dit David Paré.

Marie-France est sur la bonne route.

L’achat d’un VR

Si l’on ajoute l’achat d’un véhicule récréatif de 150 000 $, nul besoin d’être planificateur pour savoir que le train de vie augmentera. « Elle va être amenée à sortir plus et je le lui souhaite, note David Paré. Il faut aussi ajouter l’entretien qui sera de 5000 $ à 6000 $ par année. »

Avec les taux de financement actuels, l’expert suggère de financer l’achat afin de ne pas décaisser d’un coup les 150 000 $. « Elle pourrait facilement se financer avec une hypothèque sur sa maison. Le taux est d’environ 2 %. Ce qui n’est pas très cher payé et permettrait d’étirer le remboursement du prêt sur plusieurs années. »

Sur 15 ans, les paiements s’élèveraient de 1000 $ à 1200 $ par mois. Cette dépense d’environ 15 000 $ par année épuisera évidemment le capital plus rapidement.

Elle sera à court de liquidités à 74 ans.

Peut-être que Marie-France ne voudra pas garder son véhicule récréatif toute sa vie. Imaginons qu’elle décide de le vendre en 2040 au coût de 50 000 $, qui est une valeur hypothétique basée sur le marché actuel. Marie-France aurait alors des actifs liquides jusqu’à 79 ans. À cet âge, elle pourra envisager de vendre sa maison et vivre sans tracas financiers jusqu’à 95 ans.

« Avec ce scénario, il va même lui rester environ 300 00 $ en valeur future », estime le planificateur.

« J’ai ajouté une dépense de location d’appartement dans le secteur de Montréal qui sera autour de 1500 $, poursuit-il. J’ai considéré une dépense réelle de 1000 $, parce qu’on enlève le montant de 500 $ par mois qui était alloué à l’entretien de la maison. »

Si elle n’a pas envie de vendre sa maison à 79 ans, elle pourrait utiliser encore une fois l’hypothèque inversée.

« Sa situation est typique, observe David Paré. Plusieurs ont mis leurs épargnes dans leur actif immobilier. Ils ont une propriété ou un chalet qui a une bonne valeur, mais moins d’argent liquide. L’enjeu est de savoir comment monétiser le patrimoine lorsqu’on en a besoin. »

En suivant ce chemin, Marie-France pourra donc, comme elle le souhaite, partir à l’aventure sur les routes canadiennes à bord de son véhicule récréatif.

* Bien que le cas mis en lumière dans cette rubrique soit réel, les prénoms utilisés sont fictifs.

Vous planifiez un projet qui demande une utilisation judicieuse de votre argent ? Vous avez des problèmes financiers ?

> Soumettez votre cas à l’équipe de Train de vie