Le Fonds de solidarité FTQ et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ont entamé des négociations exclusives avec le Groupe Bonduelle en vue de l’acquisition de 65 % de Bonduelle Americas Long Life (BALL), a annoncé la société française.

Mis à jour le 24 mai
Marc Tison
Marc Tison La Presse

Le Groupe Bonduelle estime à 850 millions de dollars canadiens la valeur de son unité commerciale spécialisée dans la transformation et la commercialisation de légumes en conserve et surgelés. Le Fonds de solidarité FTQ et la CDPQ se partagent donc à parts égales un investissement de l’ordre de 552 millions.

Bonduelle Americas Long Life, qui commercialise ses produits sous des marques de distributeurs et sous ses propres marques comme Arctic Gardens et Del Monte, avait enregistré un chiffre d’affaires de 943 millions de dollars canadiens pour l’exercice 2020-2021.

La transaction ne touche pas Bonduelle Fresh Americas, spécialisée pour sa part dans les salades fraîches.

Il s’agit d’une acquisition marquante et structurante pour le secteur agroalimentaire du Québec, a commenté Dany Pelletier, premier vice-président, placements privés et investissements d’impact, au Fonds de solidarité FTQ.

Lorsqu’on parle d’une entreprise qui a plus de 1000 employés, notamment au Québec, dans le secteur agroalimentaire, qui est un secteur clé, on trouve que c’est une transaction qui a un impact réel.

Dany Pelletier

Il y voit également un atout pour l’autonomie alimentaire de la province. « On parle beaucoup d’approvisionnement local. Il faut donc s’assurer qu’on a un secteur agroalimentaire fort au Québec, et je pense que ça s’inscrit bien dans cette thématique-là. »

Bonduelle avait pour la première fois mis le pied en Amérique du Nord en 2007 en acquérant le groupe canadien Carrière, avant d’y ajouter Family Tradition et Omstead Foods en 2009.

« Aujourd’hui, on parle d’une initiative pour ramener le contrôle au Québec. Je suis très content », a confié le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

« Depuis 2018, notre gouvernement a répété vouloir protéger nos entreprises d’une prise de contrôle étrangère. On va essayer d’intervenir chaque fois, même si on va en manquer quelques-unes. C’est la signature de notre gouvernement. On l’a fait avec Polycor récemment. Aujourd’hui, ce sont la Caisse et le Fonds FTQ qui interviennent dans Bonduelle Canada. »

Plan d’expansion

Les deux partenaires entendent poursuivre le plan d’expansion entrepris au Canada et sur le marché américain par Bonduelle Americas Long Life, dont le siège social demeurera à Brossard.

Ce sont d’ailleurs les investissements nécessaires à ce programme qui ont fait retraiter la maison mère française.

Le 27 septembre dernier, son directeur général, Guillaume Debrosse, avait indiqué en conférence de presse que le groupe cherchait des acquéreurs ou des investisseurs potentiels pour BALL. Les perspectives de croissance aux États-Unis ne s’ouvraient qu’autour des marques de distributeurs, alors qu’avec sa nouvelle stratégie de « croissance durable à impact positif », Bonduelle souhaitait plutôt concentrer ses investissements sur ses propres marques.

« On s’est intéressés dès qu’on a été au fait de cette [intention] et on a approché la Caisse pour qu’elle soit partenaire avec nous », relate Dany Pelletier.

La transaction devrait se conclure d’ici quelques semaines, après le délai requis pour la consultation des représentants des employés et l’approbation des instances réglementaires.

Avec la collaboration d’André Dubuc, La Presse