Le fondateur de Lightspeed, Dax Dasilva, cède les guides de l’entreprise montréalaise de commerce infonuagique à Jean Paul Chauvet et s’occupera dorénavant de diriger le conseil d’administration en remplacement de Patrick Pichette, qui conserve un siège au conseil comme directeur indépendant principal.

Publié le 2 février
Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

JP Chauvet, 49 ans, devient ainsi PDG de Lightspeed. Il portait jusqu’ici le titre de président et ajoute donc celui de chef de la direction qu’avait Dax Dasilva.

Chez Lightspeed depuis 2012, et président depuis 2016, JP Chauvet était déjà responsable de la plupart des services, à l’exception des finances et des ressources humaines. Ces deux responsabilités lui reviennent désormais.

Dax Dasilva, 45 ans, explique en entrevue téléphonique que la discussion entourant les changements à la direction remonte au printemps passé. « Il faut toujours s’adapter aux besoins de l’entreprise », dit le nouveau président-directeur du conseil d’administration.

« C’est ma 17e année au sein de l’entreprise, et JP est ici depuis 10 ans. C’est réellement notre bébé, et nous occuperons de nouveaux rôles pour la prochaine étape du parcours. »

JP Chauvet parle de son côté d’une « transition naturelle ». Il affirme que le moment était venu en raison de ce que l’entreprise doit accomplir pour remplir sa mission pour les cinq prochaines années. Ce plan a été présenté aux analystes et aux investisseurs le 23 novembre à l’occasion de la journée de présentations détaillées à l’intention des participants des marchés.

L’attaque de Spruce Point Capital

Lightspeed a été attaquée par un vendeur à découvert il y a quatre mois. La valeur boursière de l’entreprise est en chute depuis la publication du rapport négatif de Spruce Point Capital. L’action valait 142 $ la veille de la divulgation de ce rapport à la fin de septembre. Le titre a depuis perdu plus de 70 % de sa valeur au cours d’une période où les titres technos ont dans leur ensemble traversé une intense période de volatilité. Lightspeed a clôturé à 40,76 $ mercredi à Toronto.

« Nous avons accéléré la croissance. Nous avons intégré des acquisitions. Nous avons étendu notre solution de paiement. Ce que nous avons appris dans les derniers mois est que la perception n’a rien à voir avec la réalité », dit JP Chauvet.

« On n’est pas préoccupés par le court terme, mais plutôt obsédés par la valeur à long terme pour la clientèle, et je dirais que nos investisseurs pensent comme nous », dit-il.

« Il faut distinguer le rationnel de l’irrationnel, ajoute-t-il. Pour conserver la confiance des investisseurs, nous devons continuer de faire ce que nous disons que nous allons faire. Nous maintenons notre prévision de croissance de 35 % à 40 % pour la prochaine année et nous pensons atteindre la rentabilité durant le prochain exercice financier. Nous devons gagner des parts de marché maintenant, mais il faut trouver l’équilibre entre la croissance et la rentabilité. »

Questionné pour savoir si l’entreprise comptait débloquer des fonds pour racheter des actions, Dax Dasilva a répondu que c’était quelque chose qui allait être discuté par les membres du conseil d’administration. « Il n’y a rien à annoncer de ce côté aujourd’hui », dit-il.

JP Chauvet a pour tâche d’étendre la présence de Lightspeed dans les secteurs de la restauration et du commerce de détail, notamment auprès des « entreprises les plus établies ». L’organisation estime à 6 millions le nombre de ces entreprises sur un total de 47 millions de restaurateurs et de détaillants à l’échelle mondiale.

De nombreuses acquisitions

Il précise que Lightspeed a acheté ces dernières années ses plus forts concurrents dans son marché cible de façon à accélérer sa croissance.

Le nouveau PDG soutient que les statistiques montrent que les clients de la plateforme de Lightspeed voient leurs revenus augmenter deux fois plus rapidement que la norme dans l’industrie. « Nos clients recherchent la plateforme qui les aidera à prospérer. Ils veulent la meilleure solution. »

Il souligne par ailleurs qu’à l’interne, il y a actuellement 300 postes à pourvoir chez Lightspeed. « Nous cherchons des missionnaires et non pas des mercenaires. En clair, nous cherchons des gens qui ont réellement à cœur notre industrie, les PME et d’aider la communauté », dit JP Chauvet.

Lightspeed a dévoilé en fin de journée une perte de 7 cents US par action et des revenus en hausse de 165 %, à 153 millions US, pour les trois derniers mois de 2021. Cette performance est supérieure aux attentes du marché. Les analystes prévoyaient une perte de 9 cents US par action et des revenus de 143 millions US.

Une conférence téléphonique avec les analystes est prévue jeudi matin avant l’ouverture des marchés boursiers pour faire le point avec eux sur la plus récente performance financière trimestrielle et les changements organisationnels.