(Montréal) La Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) a convoqué une assemblée extraordinaire de ses actionnaires le 22 mars, en réponse à une demande d’un fonds d’investissement mécontent de l’offre du CN sur le transporteur ferroviaire américain Kansas City Southern.

La Presse Canadienne

La société britannique TCI Fund Management cherche à réformer le conseil d’administration du chemin de fer montréalais et à remplacer son chef de la direction, Jean-Jacques Ruest.

Le Canadien National a indiqué qu’il se concentrait sur l’exécution de sa stratégie de croissance et de création de valeur, malgré « les tentatives inappropriées de TCI de prendre le contrôle effectif de la compagnie ».

Le CN affirme avoir déjà ajouté trois nouveaux administrateurs indépendants et atteint la parité hommes-femmes parmi les administrateurs indépendants avant la date prévue. Le transporteur a également obtenu une indemnité de rupture de 700 millions US après avoir abandonné son offre pour KCS, qui a plutôt accepté de fusionner avec le Chemin de fer Canadien Pacifique.

TCI a convoqué l’assemblée des actionnaires dans le but de « rafraîchir » le conseil d’administration du chemin de fer en y ajoutant quatre membres qu’il a choisis. Le fonds a également proposé que Jim Vena, ancien chef de l’exploitation du CN, soit nommé comme remplaçant de M. Ruest.

Le CN affirme que TCI est en conflit d’intérêts puisque, bien qu’il possède une participation de 5 % dans le chemin de fer, il est également le plus grand actionnaire du CP, établi à Calgary.