L’aventure européenne se terminera après 35 ans pour Cascades, qui recentrera ses activités en Amérique du Nord en se délestant de ses activités de fabrication et de transformation de carton plat dans le cadre d’une entente évaluée à 461 millions de dollars (315,3 millions d’euros).

Julien Arsenault
Julien Arsenault La Presse

Pour le spécialiste du papier recyclé, cette transaction annoncée lundi – et à laquelle participe la Caisse de dépôt et placement du Québec – lui permettra de se pencher davantage sur les autres produits de son secteur de l’emballage (boîtes de carton et produits spécialisés) ainsi que sa division des papiers tissu (papier hygiénique).

« Cette transaction améliorera notre profil financier et notre flexibilité tout en simplifiant nos communications avec le marché », a souligné le président et chef de la direction de l’entreprise établie à Kingsey Falls, Mario Plourde, dans le cadre d’une conférence téléphonique avec les analystes financiers.

Les investisseurs ont réagi favorablement à l’annonce. Lundi avant-midi, à la Bourse de Toronto, l’action de Cascades prenait 74 cents, ou 4,9 %, pour se négocier à 15,88 $.

Plus précisément, l’entreprise québécoise a décidé de céder sa participation de 57,6 % dans Reno De Medici à la firme new-yorkaise Appolo Global Management. Sur le Vieux Continent, le fabricant de carton italien exploite six usines : trois en Italie et trois autres réparties en France, en Allemagne et en Espagne.

« Depuis le regroupement de notre plateforme européenne avec Reno, l’empreinte du groupe a été rationalisée et modernisée avec succès, a souligné M. Plourde. C’est maintenant le bon moment pour Cascades de monétiser sa participation. »

Cascades avait fusionné ses activités de carton plat avec Reno en 2008, ce qui avait mené à l’émergence du deuxième joueur en importance dans ce secteur en Europe. L’implantation de Cascades sur le Vieux Continent remonte à 1985 à la suite de l’achat d’une usine à La Rochette, dans les Alpes françaises.

Moins étendue

Dans le cadre de l’accord, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a vendu les 34,5 millions d’actions qu’elle détenait de l’entreprise, ce qui lui permettra de récolter environ 73,5 millions de dollars. Dans son plus récent rapport annuel, le bas de laine des Québécois chiffrait la valeur de son investissement à 51,1 millions.

À la clôture de la transaction, qui doit obtenir les approbations habituelles et qui est prévue au troisième trimestre, Appolo contrôlera 67 % du fabricant européen de carton plat. La firme compte lancer une offre d’achat pour acquérir les actions qu’elle ne détient pas.

Dans une note envoyée à ses clients, Paul Quinn, de RBC Marchés des capitaux, a souligné que Cascades avait obtenu un prix alléchant pour sa participation, qui représente environ 6,9 fois le bénéfice d’exploitation ajusté de Reno.

« Finalement !, a écrit l’analyste. Nous anticipions depuis un certain temps de voir Cascades vendre sa participation. D’un point de vue opérationnel, il y avait peu de synergies possibles entre les activités nord-américaines [situées au Canada et aux États-Unis] et celles situées en Europe. »

De son côté, Frederic Tremblay, chez Valeurs mobilières Desjardins, a abondé dans le même sens, en ajoutant que l’argent récolté permettra à l’entreprise québécoise de financer des projets d’expansion et de modernisation dans ses divisions de l’emballage et des papiers tissu en plus d’abaisser son ratio d’endettement, qui passera à 2,5 fois son bénéfice d’exploitation ajusté.

Au cours de l’exercice terminé le 31 décembre dernier, les activités européennes de Cascades avaient généré des revenus de 1,05 milliard, ce qui représentait environ 20,4 % du chiffre d’affaires total de la société, qui s’était établi à 5,16 milliards.

Une fois la transaction complétée, Cascades s’attend à générer la moitié de ses revenus grâce à son secteur de l’emballage, selon sa présentation destinée aux investisseurs. Le secteur des papiers tissu représentera 37 % du chiffre d’affaires, alors que les 12 % restants proviendront des produits spécialisés.