(Montréal) La pandémie de COVID-19 a continué de gruger les profits du Groupe TVA au premier trimestre.

La Presse Canadienne

La filiale de Québecor Média a affiché une perte nette de 4,5 millions ou de 0,10 $ par action, après avoir perdu 723 000 $ à la même période l’an dernier.

Pour le trimestre clos le 31 mars dernier, ses revenus se sont élevés à 140,8 millions, en hausse par rapport à 137,1 millions un an plus tôt, au début de la crise.

Son bénéfice d’exploitation ajusté a toutefois dégringolé à 2,1 millions, contre 8,5 millions au premier trimestre de l’année précédente.

Son président et chef de la direction par intérim, Pierre Karl Péladeau, a notamment attribué ce recul à la baisse de rentabilité de la chaîne TVA Sports, en raison du calendrier condensé de Ligue nationale de hockey (LNH).

Dans un communiqué transmis lundi soir, il a toutefois noté que le « volume d’affaires reprend progressivement, se rapprochant des tendances habituelles ».

Au petit écran, le trimestre a été marqué par le retour des populaires émissions Les Beaux malaises 2.0 et Star Académie, indique-t-on. Le secteur des magazines a pour sa part reçu un important coup de pouce gouvernemental.

La situation sanitaire continuera de faire planer l’incertitude au-dessus du Groupe TVA, plombant les revenus publicitaires, affectant la tenue d’évènements sportifs à diffuser en direct et complexifiant les activités chez MELS, entre autres.

Maintenant adaptées aux mesures sanitaires, ses installations pourront néanmoins accueillir la mégaproduction Transformers du studio Paramount, dont le tournage doit débuter au prochain trimestre.