Le producteur de cannabis Hexo a annoncé mardi qu’il ferait l’acquisition de son concurrent Zenabis Global dans le cadre d’une transaction entièrement en actions évaluée à 235 millions, qui lui permettra de s’implanter en Europe et de raffermir ses activités canadiennes.

Tara Deschamps
La Presse Canadienne

« La stratégie de croissance d’HEXO prévoit le développement de notre présence au niveau mondial, et cette acquisition est un pas important dans cette direction », a affirmé mardi le chef de la direction et cofondateur de Hexo, Sébastien St-Louis.

L’accord, qui verra la société d’Ottawa mettre la main également sur deux installations intérieures et accéder à une serre, survient alors que le marché canadien du cannabis commence à se consolider et que des discussions ont lieu au sujet d’une potentielle légalisation fédérale du cannabis aux États-Unis.

Tilray et Aphria se sont entendues en vue d’une fusion qui devrait avoir lieu plus tard cette année, après que des rumeurs ont laissé entendre qu’Aurora Cannabis était intéressée par Aphria.

Selon les deux entreprises, les actionnaires de Zenabis, établie à Vancouver, recevront 0,01772 action ordinaire d’Hexo en échange de chaque action ordinaire de Zenabis qu’ils détiennent.

Ce ratio représente une prime de 19 % par rapport au prix moyen pondéré en fonction du volume sur 20 jours des actions ordinaires de Zenabis de Hexo, ont fait valoir les deux sociétés dans un communiqué conjoint.

Les entreprises estiment que l’accord aidera Hexo à accéder au marché européen du cannabis médical grâce aux partenariats de Zenabis et entraînera des synergies annuelles estimées à environ 20 millions dans l’année suivant la conclusion de l’accord.

« Tout comme HEXO, Zenabis estime que le regroupement donnera lieu à des synergies significatives, à une situation financière plus solide et à une plus grande souplesse, et permettra à l’entreprise issue du regroupement de répondre à la demande croissante des consommateurs au niveau national et international », a affirmé le chef de la direction de Zenabis, Shai Altman, dans une déclaration.

Ces derniers mois, les entreprises de cannabis se sont intéressées aux marchés internationaux, car elles réalisent que la demande de cannabis récréatif est plus faible que prévu et que le marché illicite a continué de prospérer même après la légalisation.

Ces entreprises cherchent à obtenir la certification des bonnes pratiques de fabrication de l’Union européenne — une norme requise pour les entreprises souhaitant exporter du cannabis vers l’Europe.

Elles ont également tourné leur attention vers les États-Unis, où le nouveau président Joe Biden s’est prononcé en faveur de la légalisation du cannabis et le parti démocrate travaille sur un projet de loi qui permettra aux institutions financières de collaborer avec les entreprises de cannabis sans représailles.

La présidence de M. Biden a fait grimper les actions du secteur du cannabis et l’entente annoncée mardi n’a fait qu’ajouter à la hausse.

L’action de Hexo a bondi de 2,09 $, soit 22,2 %, pour terminer la séance à 11,52 $ à la Bourse de Toronto, tandis que celle de Zenabis a pris 2,5 cents, soit 16,1 %, pour clôturer à 18 cents.

Les entreprises affirment que l’accord a déjà été approuvé à l’unanimité par chaque conseil d’administration, mais nécessitera le soutien d’au moins 66 % des actionnaires de Zenabis pour aller de l’avant.

Si Hexo se retire de l’accord, elle devra payer à Zenabis des frais de résiliation de 6 millions.