L’usine d’Industries Câbles d’acier fermera définitivement ses portes en mai prochain. La mauvaise nouvelle a été annoncée mardi matin aux 145 employés qui perdront leur emploi.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

« L’entreprise a décidé de consolider la plateforme de câbles nord-américaine et de cesser progressivement les activités de production à Pointe-Claire, au Canada, d’ici à la fin mai 2021 », a confirmé par courriel son propriétaire, la société Bekaert de Belgique.

Située au 5501, route Transcanadienne à Pointe-Claire, l’usine fait partie de la division Bridon-Bekaert Ropes Group (BBRG).

« Nous étions très bien payés, en moyenne 32 $ de l’heure plus les avantages sociaux et les heures supplémentaires le week-end », nous a écrit un travailleur par courriel. Il insiste pour que l’on taise son nom pour ne pas indisposer son employeur.

La décision touche 115 ouvriers en usine et 30 employés administratifs. L’usine a été en exploitation pendant plus de 125 ans, précise la société Bekaert.

Aux installations de Pointe-Claire, on y fabrique des câbles d’acier pour l’industrie minière, pour l’armée américaine et pour l’industrie pétrolière, a précisé notre travailleur découragé.

La production sera transférée aux usines de BBRG de Wilkes-Barre (Pennsylvanie) et d’Oakland City (Indiana). « L’entreprise continuera à servir les clients de l’entité canadienne Wire Rope Industries (WRI) de BBRG à partir d’autres sites de production aux États-Unis et en Europe », lit-on dans le courriel envoyé par Katelijn Bohez, vice-présidente, communications d’entreprise et relations avec les investisseurs. « La direction [de Bekaert] regrette les conséquences personnelles de ce plan et évaluera soigneusement les options permettant d’en atténuer l’impact social. »

Le syndicat inquiet depuis 2016

Ce n’est pas d’hier que le sort de l’usine de l’Ouest-de-l’Île suscite des inquiétudes. La Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN (FIM-CSN), à laquelle est rattaché le syndicat des employés de l’usine, a sensibilisé les autorités à ce propos dès 2016.

« L’achat de l’usine par un investisseur étranger rend la situation difficile. L’usine Câbles d’acier a été fusionnée avec Bridon-Bekaert. Sur le plan économique, cela signifie une délocalisation de la prise de décision. Considérant que Bridon-Bekaert possède des usines similaires en Angleterre, aux États-Unis et en Allemagne, la maison-mère peut facilement allouer la production de câbles à l’une d’entre elles plutôt qu’à celle de Pointe-Claire », a écrit la FIM-CSN dans un mémoire présenté à la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation dans le cadre d’une consultation publique portant sur l’avenir du secteur manufacturier à Montréal.

Le représentant de la FIM-CSN Stéphane Collette n’a pas rappelé La Presse.

BBRG a été créé en 2016 à la suite d’une union entre Bridon et Bekaert. Bridon appartenait à l’époque à la caisse de retraite des enseignants de l’Ontario (Teachers). En vertu de l’entente, Teachers détenait 33 % de BBRG et Bekaert, 67 %. En 2018, Bekaert a racheté la participation de Teachers et BBRG est devenu une division de Bekaert.