(Montréal) Le producteur d’or Barrick Gold a annoncé mercredi avoir plus que triplé son bénéfice au premier trimestre 2020 malgré les mesures mises en place dans ses mines pour prévenir toute éclosion du nouveau coronavirus.

Agence France-Presse

Deuxième producteur mondial derrière l’américain Newmont, Barrick a dégagé un bénéfice net de 400 millions de dollars américains pour ce trimestre terminé le 31 mars 2020, contre un bénéfice de 111 millions de dollars il y a un an, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Hors éléments exceptionnels et ramené à une action, le bénéfice net ajusté est ressorti à 16 cents, conforme au consensus moyen des analyses.  

Barrick a tiré profit de la hausse de l’or au premier trimestre, réalisant un prix moyen de 1589 dollars pour chaque once d’or, contre 1307 dollars un an auparavant.

La hausse du cours du métal jaune a compensé une diminution de la production, qui s’est établie à plus de 1,2 million d’onces, et l’augmentation des coûts de production.

Barrick a également bénéficié de la vente de sa participation de 50 % dans le projet Massawa, dans l’est du Sénégal, qui lui a rapporté 54 millions de dollars.  

Le chiffre d’affaires était en hausse de 30 % par rapport au premier trimestre 2019, à plus de 2,7 milliards de dollars.

Barrick indique avoir instauré un plan d’urgence « pour prévenir toute éclosion » du coronavirus dans ses quatorze mines d’or dans le monde.

Ce plan comprend notamment la prise de la température des équipes à tous les points d’accès aux sites et des mesures de distanciation sociale.