(New York) La pétrolière américaine Chevron a annoncé vendredi de nouvelles mesures d’économies pour préserver sa trésorerie au moment où la demande de brut est durement affectée par la pandémie de coronavirus, qui paralyse l’économie mondiale.

Agence France-Presse

Le groupe a néanmoins dégagé un gros bénéfice net, de 3,6 milliards de dollars au premier trimestre, en hausse de 36 % sur un an, grâce notamment à un gain de cession de 240 millions, un crédit d’impôt de 440 millions et des effets de change favorables estimés à 514 millions.

Le chiffre d’affaires a baissé de 10,5 % à 31,5 milliards de dollars.

Le PDG Michael Wirth a expliqué que les trois premiers mois de l’année avaient été relativement épargnés par la chute brutale, à partir du mois de mars, des cours de l’or noir, conséquence, selon lui, de la réduction nette de la demande du fait de la pandémie de COVID-19, maladie causée par le nouveau coronavirus.

« Les résultats financiers dans les trimestres à venir devraient être affectés si les conditions actuelles de marché persistaient », a cependant averti M. Wirth.

Le premier trimestre était quasiment achevé quand la guerre des prix du pétrole a démarré entre l’Arabie saoudite et la Russie.

Il était à 85 % bouclé lorsque les premières mesures de confinement et de distanciation sociale ont été annoncées aux États-Unis, notamment par la Californie le 19 mars, pour endiguer la propagation de la COVID-19.

Les conséquences de ces évènements inattendus vont en revanche se ressentir pleinement à partir du deuxième trimestre en cours, le mois d’avril ayant vu le cours du baril américain passer à un moment en négatif.

Le marché pétrolier fait face à une demande à l’arrêt compte tenu de la paralysie de nombreuses économies, tandis que les capacités de stockage atteignent leur limite.

Pour y faire face, Chevron, qui avait déjà réduit, le 24 mars, de 20 % à 16 milliards de dollars son budget dédié aux investissements, notamment à l’exploration de gisements d’hydrocarbures et au forage de puits pétroliers, va encore plus loin.

Le géant pétrolier va encore diminuer cette enveloppe de 2 milliards de dollars supplémentaires, à 14 milliards.

Il entend également économiser 1 milliard de dollars en réduisant ses dépenses opérationnelles.

« Nous prenons ces mesures pour protéger le dividende », a assuré Michael Wirth, souhaitant ainsi rassurer les actionnaires. L’action Chevron a baissé de plus de 14 % à Wall Street depuis le début de l’année.

L’entreprise a toutefois suspendu son programme de rachats d’actions, autre moyen de rémunération des actionnaires.