Airbus Canada et plus de 1000 de ses employés membres du syndicat des Machinistes ont conclu une entente valable jusqu’au 4 mai qui prévoit le maintien de leur lien d’emploi et une rémunération supérieure à ce qui est offert par Ottawa.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Airbus, qui assemble l’A220 dans ses installations de Mirabel, se prévaudra de la Subvention salariale d’urgence du gouvernement du Canada, qui prévoit qu’Ottawa assume 75 % des salaires jusqu’à un versement maximal de 847 $ par semaine.

Dans l’entente intervenue avec son syndicat, la multinationale s’engage plutôt à verser 25 % de plus, soit 1111,54 $, à ses employés dont le salaire normal était égal ou supérieur à ce montant. Les autres recevront l’équivalent de leur plein salaire.

Comme la Subvention salariale est rétroactive au début de la crise, Airbus s’engage également à radier au prorata les heures « négatives » mises en banque par ses employés syndiqués depuis pour assurer le maintien de leur salaire.

L’usine d’Airbus à Mirabel emploie environ 2800 personnes au total. Des discussions ont présentement lieu quant à la rémunération qui sera versée aux salariés non syndiqués.